Pétrole, Énergie défaillantP_trole1e ?

1 Énergie
1.1 Pétrole
1.2 Autres sources d'énergie
1.3 Rendement des machines
1.4 Conversion d'énergie
1.5 Pollution inhérente
1.6 Agriculture alimentaire et énergie
2 PRIX des énergies
2.1 Bonne chose ! ? ou non ?
2.2 Conséquences importantes
3 Nécessaires changements d'habitudes
3.1 Changements dans la vie de tous les jours
3.1.1 Le TRAVAIL
3.1.2 La nourriture quotidienne
3.1.3 Le monde Paysan
3.1.4 Population mondiale
3.1.5 Transports
3.1.6 Aviation civile et militaire
3.1.7 Le commerce
3.1.8 L'éducation

3.2 Loisirs des consommateurs
3.2.1 Aviation de loisirs, nautisme
3.2.2 Moto "verte", quad
4 Conséquences à moyen terme
4.1 Stabilité /récession durable
4.2 Mutation des métiers
4.3 Chômage
4.4 Guerre
5 Nécessaires obligations
5.1 Réserver l'énergie à la force physique
5.1.1 Agriculture et pêche
5.1.2 Eau potable
5.1.3 L'isolation et le chauffage, le solaire, l'industrie
5.1.4 Les transports et le commerce
5.2 La réutilisation de tout ce qui peut l'être
5.3 La surpopulation et la formation
5.4 Valoriser le travail en général
5.4.1 Abandon des 35 Heures
5.4.2 Bannir le développement de la civilisation du plaisir
5.5 Solidarité Nationale et Mondiale
6 Conclusions

Si vous arrivez directement sur cette page par un moteur de recherche, vous pouvez avoir accès à la table des matières et à chaque article, en page d'accueil.    L'accès se fait par l'un des deux liens en tête de colonne de droite ----->


Cet article est une suite logique concernant l'énergie en général et le pétrole en particulier. C'est aussi une exhortation à la préservation des matières premières de toutes natures ainsi qu'à la survie des matériels n'ayant pas complètement rendu l'âme.
La façon de vivre d'aujourd'hui n'est plus acceptable...Pour les réserves naturelles mais aussi pour la terre elle-même avec le réchauffement climatique.

________________________

1 Énergie

1.1 Pétrole

Le pétrole possède tous les avantages, et comme tout ce qui extrêmement utile, son prix augmente, non seulement pour cette raison, mais aussi parce que l'on a enfin pris conscience que les ressources s'épuisent. (C'est une énergie non renouvelable)

Ses avantages sont nombreux. Il produit une énergie importante avec ses différents dérivés et sous ses différentes conversions d'énergie. Il est facilement transportable sous la forme liquide, pas réellement toxique ni dangereux. Il se prête facilement à l'automatisation de nombreux procédés (moteurs, chauffage…)

Il est la source des matières plastiques, tant présentes dans la vie de tous les jours.

Il est finalement à la base de tout, que ce soit de l'agriculture, de l'eau potable, de la médecine, des transports sous toutes leurs formes, et bien entendu de l'automobile.

Il entre aussi pour une part importante dans la production d'électricité.

Il est aussi un des vecteurs incontournable du développement des infrastructures (Engins de chantier de grande puissance, pelles mécaniques, et diverses machines hydrauliques de grande puissance. Il permet aussi pour une part importante (par le biais des cimenteries) la création de structures lourdes en béton (barrages, centrales…)

Enfin pour clore le chapitre, il ne faut pas manquer de citer le chauffage individuel au fuel dans les pays développés. (Environ 10 KWH/Kg)

1.2 Autres sources d'énergie

La biomasse, et le Bois en particulier, est une énergie renouvelable mais peu pratique à l'utilisation dans sa forme naturelle. Il l'est d'avantage dans sa forme comprimée sous formes de granulés ou pellets. (Environ 5 KWH/Kg).

Dans la biomasse, dans son acceptation habituelle (valorisation des déchets organiques) il faut citer la COGENERATION qui n'est autre que la création d'électricité associée à la production de chaleur. (On le verra plus loin avec les rendements)

L'électricité si elle est une énergie, n'est pas une énergie première, mais seulement le résultat d'une conversion d'énergie. Elle est en France pour une grande part, d'origine nucléaire.

Le Nucléaire… certes c'est bien une énergie, mais seulement à la portée de grands groupes, et qui ne peut pas être disséminée, à cause de son caractère dangereux. Elle ne peut pas se substituer au pétrole dans les applications locales (automobiles, chauffage…) Elle ne peut qu'être localisée et de nombreux problèmes subsistent à son utilisation (dangers de radioactivité latents, démantèlement des centrales et stockage des déchets à durée de vie élevée : > 20 000 ans pour certains).
La fusion nucléaire n'en est qu'à ses balbutiements et ne peut à ce jour venir en aide.

La géothermie est certainement un procédé capable de créer de l'énergie calorifique localement et à échelle locale seulement, car cette énergie est trop diffuse. Elle ne peut pas produire facilement de travail mécanique. Il faut lui associer le volcanisme naturel et le grand principe des chaleurs latentes. Ce dernier principe mériterait un paragraphe à lui tout seul.

Les chaleurs latentes : Ce n'est pas une énergie, mais un principe qui est certainement le plus important de tous les autres principes, car c'est le seul à avoir un rendement intrinsèque qui peut aller jusqu'à TROIS. Aucun autre principe simple ne peut donner à ce jour de rendement supérieur à UN. C'est le même principe que le "frigo" ou simplement le principe physique qui fait qu'il faut apporter de l'énergie pour changer d'un état de la matière vers le haut de l'échelle des énergies. Au contraire, le fait de changer d'état en décroissance d'énergie libère de l'énergie

L'énergie hydraulique est utilisée sous la forme de barrages sur fleuves et rivières, mais aussi pour capter le mouvement d'eau des marées. Une dernière forme vient d'être mise en essais, ce sont les hydroliennes, ou "éoliennes sous-marines" qui vont transformer l'énergie des courants marins en énergie électrique. Cette dernière énergie est permanente et propre.

L'énergie éolienne ou du vent commence à être largement utilisée, mais reste sous utilisée au niveau individuel. C'est une bonne énergie et propre. Elle peut être directement mécanique (éolienne agricole) ou avec transformation en énergie électrique.
Elle est parfois couplée avec le photovoltaïque et elle peut servir à titre individuel, avec ou sans stockage.

L'énergie solaire peut être utilisée sous deux formes principales au niveau grand public, qui sont la production d'eau chaude sanitaire (ECS) et la production d'électricité.
La partie thermique pour l'ECS est réellement quelque chose de simple et de très utile, car facilement adaptable. Cette utilisation est réellement à rendre abordable pour tous, car au niveau des ménages, l'ECS électrique ou fuel est réellement un gouffre énergétique qu'il serait temps d'aligner en énergie renouvelable comme le soleil.
La partie photovoltaïque de cette énergie reste pour l'instant un investissement important, car l'énergie électrique produite n'est pas stockable pour un coût d'exploitation intéressant. La revente à EDF est financièrement nécessaire pour ne pas stocker l'énergie. Cela limite nécessairement son utilisation (et le subventionnement ne me semble pas quelque chose de profitable à l'ensemble de la population. Je considère plus cela comme un inutile détournement d'argent public). De plus après 20 années on ne sait pas très bien si EDF rachètera au moins l'énergie à un prix permettant le maintien de l'installation. Il faut ajouter aussi qu'après cette durée les cellules seront peut-être hors service ?

1.3 Rendement des machines

Toutes les machines sont consommatrices d'énergie sous quelque forme que ce soit. Les rendements étant toujours inférieurs à un, il y a perte, en général sous forme de chaleur, qui va encore accroître la température globale.

Les machines à rendement supérieur à UN ne sont que basées sur le principe des chaleurs latentes. Il pourrait peut-être y avoir concurrence avec la fusion de l'atome, mais ce n'est pas encore pour "demain".

C'est un point important de toute conversion d'énergie.

Un procédé utilise à la fois l'énergie produite très souvent sous forme électrique et la chaleur produite par le rendement du procédé de production d'énergie (habituellement chaleur de refroidissement des ensembles générateurs et des gaz d'échappement). C'est la COGENERATION.
Ce procédé s'il est simple dans le principe reste un dispositif délicat à maintenir à cause des difficultés techniques liées aux phénomènes de corrosion dans les échangeurs de chaleur. C'est aussi un dispositif onéreux et dont l'entretien est assez important. Le rendement de la cogénération peut être très élevé et approcher 90% (de mémoire).

1.4 Conversion d'énergie

Ainsi qu'évoqué juste avant, toute conversion de type d'énergie se traduit presque toujours par un appauvrissement de l'énergie initiale par le rendement de conversion. Il est certain que créer de l'électricité pour faire rouler des voitures par exemple, n'est pas très simple, car il faut d'abord stocker cette énergie dans le véhicule, et c'est déjà la première pierre d'achoppement.

Par contre passer de l'énergie électrique à l'énergie calorifique est simple.
Transformer de l'énergie électrique en énergie chimique (batterie par exemple) reste simple, mais d'un coût élevé et de capacité de stockage faible.

La conversion d'énergie hydraulique en électricité reste un excellent moyen de conversion ayant surtout l'avantage grandissime d'être disponible à la demande.

De nombreuses autres possibilités existent mais ne présentent pas d'intérêt important pour l'instant.

1.5 Pollution inhérente

Toute utilisation d'énergie se traduit directement ou indirectement par des pollutions (ou nuisances diverses).
Ainsi en pollutions directes on peut citer les gaz à effet de serre et le CO² en particulier.

La création de bioéthanol, ou d'huiles végétales, se traduit aussi par de la pollution des sols par les engrais et produits phytosanitaires. C'est une conséquence indirecte.
Il y a aussi les résidus qui ne sont pas tous utilisables et très différents suivant les modes énergétiques utilisés.

1.6 Agriculture alimentaire et énergie

On ne peut manquer de confirmer que le détournement de l'agriculture nourricière des hommes du monde vers les carburants pose des problèmes éthiques et que cela reste un sujet très complexe comme tout l'ensemble de l'énergie.
Ce point mérite une étude plus complète associée à la croissance de la population mondiale.

2 PRIX des énergies

Comme toutes choses, l'énergie a un coût de production, mais aussi un coût de monnaie d'échange. C'est ce que j'appelle le coût du "service rendu".
Il me semble nécessaire de ramener les choses à leur juste appréciation. Exemple :

Votre voisin vous prête gentiment sa tronçonneuse pour faire votre bois de chauffage…Vous avez la politesse de lui refaire le plein d'essence et d'huile de coupe et vous le remerciez.
Si votre voisin est "de votre clan", vous ne lui demandez même pas si vous lui devez quelque chose. Par contre, si vous le connaissez assez peu, vous lui demanderez combien vous lui devez, car vous avez usé la chaîne et un petit peu le moteur. Cela est absolument mathématique.
La dépense de renouvellement de son bien commencera peut être quelques mois plus tôt à cause de vous…Une partie de la monnaie d'échange permettra à votre voisin de renouveler sa machine !

Lorsque l'on donne, on se démunit soi-même ! C'est la solidarité qui autorise cela. Lorsque la solidarité n'est pas là, il s'agit de commerce. Il est donc de fait normal que l'énergie ait cet aspect monnaie d'échange d'un bien propre.

Suivant les énergies, les coûts de production (sommes dépensées à l'extraction et au conditionnement) sont très différents.
Pour le pétrole, on peut simplement dire que le coût en est très faible (hors offshore). Ce ne serait pas le cas par opposition avec l'énergie nucléaire où les coûts sont élevés (sécurité extraction et préparation).

A ce jour, outre le coût de production qui intervient pour une faible part dans le prix du pétrole, la part de la monnaie d'échange devient très élevée par la rareté du produit que l'on ne sera plus capable de produire en aussi grande quantité à la fin des stocks mondiaux. Cette monnaie d'échange deviendra de plus en plus importante, et c'est maintenant que les solutions alternatives doivent être étudiée et développées.

Le prix du pétrole (toutes formes confondues : brut, essence, fuel, plastiques, sous produits chimiques) mais de l'énergie très généralement, atteint des sommets jamais entrevus. Ce prix devient DANGEREUX relativement au mode vie des pays industrialisés. Il menace les équilibres socio-économiques.
Il y aurait à faire des progrès au niveau du gouvernement pour limiter un peu les taxes, car si d'autres pays arrivent à fonctionner avec des taxes plus faibles, il n'y a pas de raisons que la France ne puisse le faire.

Ce prix devient DRAMATIQUE pour les pays en voie de développement car c'est la subsistance même des hommes qui en est touchée. (Faim dans le monde)

L'équilibre socio-économique mondial est bousculé, tout autant que le principe de mondialisation.

2.1 Bonne chose ! ? ou non ?

C'est une grande question à laquelle je vais répondre OUI  et NON.

Pour les pays "riches", mais pas tous, malheureusement, cette élévation du prix va amener à des problèmes dans les TRANSPORTS et une utilisation des véhicules de plus en plus coûteuse.
Cela aura cependant l'avantage d'obliger à être économe et à reprendre conscience que tous les biens naturels ne peuvent être dilapidés stupidement sans bénéfice pour l'homme.
Je prévois une diminution significative et progressive des 4x4 et des gros véhicules particuliers et ce sera moralement normal et une excellente chose pour la planète.
Il y aura cependant "de la casse" vis-à-vis des personnes qui se sont lourdement endettées pour un gros véhicule pour "frimer", et qui ne trouveraient pas la revente sans de très grosses pertes ET qui ne pourront plus payer le carburant tant il est cher. (Ma vieille 205 déjà économe me rend d'immenses services)
C'est donc le OUI qui devrait conclure à une BONNE CHOSE, par le biais du porte monnaie.

Le NON entraîne effectivement des conséquences désastreuses pour les hommes, et surtout pour les plus faibles. La faim en est l'exemple criant, car la culture se fait maintenant pour alimenter les réservoirs de voitures et non les bouches à nourrir.
Le "oui" et le "non" marchent de pair, car la vie aisée était tout de même facile, et il faudra mettre un peu d'huile de coude pour tout, mais chacun est-il prêt à revenir sur ses habitudes ?.

2.2 Conséquences importantes

L'élévation du prix des carburants est confondue avec le prix de l'énergie, bien que les cas d'emplois soient différents et non strictement comparables. L'assimilation carburant et énergie est techniquement normale.

La première conséquence est humaine. C'est la CRISE ALIMENTAIRE avec élévation du prix des céréales, qui est telle que les plus pauvres ne peuvent plus manger à leur faim. Il faudra aussi parler dans un chapitre suivant de la SURPOPULATION qui est aussi un problème parallèle. (Mécanisation de l'agriculture et de la pêche)

Une autre conséquence est l'augmentation du COÛT GÉNÉRAL DE LA VIE, car nos habitudes d'aujourd'hui ne sont plus compatibles avec une énergie chère. Ainsi pour reprendre les images phares des médias, manger des fraises en Janvier n'est plus compatible (énergie outrancière de chauffage des serres et/ou transports).
Ce sont donc les habitudes de pays riches qui sont à proscrire, besoin de plus en plus d'énergie pour tout et sans compter. Voiture et snobisme associé, kilomètres sans compter, machines à sécher le linge (alors qu'il suffit de le mettre au vent -encore faut-il pouvoir le faire- !)

Aujourd'hui pour travailler il faut aller de plus en plus loin de son habitation et cela pose la question de savoir jusqu'à quelle distance on peut accepter d'aller travailler.
Il y aura à ce niveau des équilibres précaires entre salaire(s) et distance du lieu de travail.
Le retour à un travail local ne correspondra peut-être plus à sa formation, mais cela semble assez inéluctable.

3 Nécessaires changements d'habitudes

De profonds changements sont en cours d'apparition. Je regrette seulement que les pays producteurs de pétrole et les gouvernements de tous pays n'aient pas tiré la sonnette d'alarme suffisamment tôt et sans provoquer de crise.
Je regrette aussi qu'ils ne montrent pas l'exemple et gaspillent souvent stupidement leurs propres biens. C'est un très mauvais exemple pour le reste du monde.
Les gouvernements ne valent pas mieux car ils profitent largement des taxes en pourcentage ! L'État ne perd jamais ses droits !
Aujourd'hui, c'est la crise et celle-ci ne cessera pas. Elle se conjuguera avec le dérèglement climatique.
Elle se conjuguera aussi avec l'évolution du mercantilisme de la Société des hommes en général.

On conçoit très bien que nous devrons dans l'immédiat nous adapter et réviser nos modes de vie pour continuer à vivre plus simplement.

Notre évolution n'était pas vers le renforcement des VALEURS défendues par nos ancêtres, mais vers la facilité et la paresse, qui ne peuvent qu'accentuer le malaise. Cette évolution engendrait la paresse et le lucre au détriment du travail et de son voisin.
On ne peut que repenser dans nos pays occidentaux aux principes religieux des catholiques et peut-être d'autres religions (sans que je puisse réellement me prononcer par méconnaissance sur les autres religions).
La terre de demain sera-t-elle encore plus "chacun pour soi". Attention cependant aux limites, car il faut se rappeler de la vengeance meurtrière des pauvres contre les nantis.

3.1 Changements dans la vie de tous les jours

3.1.1 Le TRAVAIL

Le travail devra se recentrer localement pour éviter des transports toujours coûteux entre le domicile et le lieu de travail.

Le travail devra revenir la valeur essentielle et devra passer largement avant les distractions qui seront de plus en plus incompatibles avec cette nouvelle société vouée à la rareté de l'énergie.

En dehors de toute polémique politique, les 35 heures ainsi que déjà signalé dans un article technique antérieur engendrent la civilisation du loisir et de la dépense énergétique gratuite et inconsciente.

Le loisir n'est pas l'avion ni les pays tropicaux, pas plus que la neige l'hiver avec des canons à neige qui consomment l'eau potable, ni les remontées mécaniques qui ne profitent pas physiquement à l'homme…etc.

Rappelez vous, vous n'y étiez pas et moi non plus… la décadence de ROME …!

3.1.2 La nourriture quotidienne

La nourriture quotidienne, devra se modifier en recherchant le moindre coût énergétique de fabrication des produits alimentaires. Le nécessaire sera la règle de base, et ce qui est induit par le commerce aura à démontrer de réelles preuves d'utilité. Le superflu engendré par le commerce sera banni.

Nous devrons retourner vers les produits les plus simples sans sophistication. A ce sujet l'essentiel de la préparation mécanique des aliments est réalisée par la ménagère (ou son mari (est-ce le ménager ?) !), alors que dans les plats tout préparés, ce sont les moteurs électriques qui font office et avec un bénéfice substantiel !

Cette nourriture (associée à l'eau potable) est un élément important de la vie humaine et devra même provenir de la proximité immédiate, pour le prix en premier lieu et pour le transport en deuxième point.

La nourriture devra correspondre au cycle des saisons du lieu, car il ne sera plus possible d'importer des produits de l'autre bout du monde, tant le coût en serait élevé.

3.1.3 Le monde Paysan

L'âpreté de ce milieu, qui avait cependant le mérite de travailler dur et d'avoir à gérer tout un tas de paperasses, va évoluer probablement vers le monde patronal, car leur richesse sera telle qu'ils pourront bientôt faire travailler les autres à leur unique profit.
Leurs débouchés locaux semblent assurés, par la crise alimentaire et énergétique.

L'emploi de produits phytosanitaires et d'engrais sera limité par les coûts, et les rendements s'en ressentiront.

Ce métier devrait normalement reprendre toute sa dimension nominale. Je pense que l'on pourrait revenir plus localement à la force animale comme par le passé pour les petits travaux.
Je ne parle pas des chevaux de selle dont la prolifération est en dehors de toute nécessité.

3.1.4 Population mondiale

La terre ne pourra plus porter tous les hommes. De grands changements exterminateurs se sont déjà produits (tremblement de terre, cataclysmes climatiques, volcanisme et volcans de boue etc…) Nous avons simplement oublié que notre terre est seulement une île sur un océan de lave en fusion.
Le volcan de plus de 40 Km de cratère situé dans le parc de Yellowstone aux USA pourrait fort bien anéantir les 4/5 de l'humanité en une à 2 années simplement par l'obscurcissement de l'atmosphère (sans parler de son action destructrice locale).

Tout est possible à ce niveau et "notre cocotte minute" peut se mettre à siffler d'un moment à un autre.

Outre ces phénomènes physiques légèrement oubliés, il reste le point majeur de la surpopulation. C'est le point qui touche de près la morale, (si cette notion existe encore). Il est certain que la terre ne pourra pas nourrir les milliards d'humains. Il faudra bien que les enfants qui seront aussi nombreux que les étoiles du ciel ou les grains de sable se stabilisent un jour…

NON, le monde de la souffrance des vivants n'est pas acceptable. Il faudra apprendre aux femmes comment gérer leur fertilité et ne plus avoir d'enfants non désirés (et mal nutris) par l'éducation. Cela devrait passer à terme par une limitation appuyée des naissances.

3.1.5 Transports

Ce volet de l'énergie devrait être un des premiers enjeux de la crise pétrolière, car cela concerne la première utilisation du pétrole, pour les moteurs (explosion, combustion et turbo réacteurs).

Tous les transports devraient donc se limiter de façon naturelle (mais dans la douleur). Je pense que l'on ira de façon logique vers un repli sur les propres ressources internes des pays (hommes et produits de base). Heureux les pays qui ont des ressources importantes et variées. Mais là aussi les ressources ne sont jamais inépuisables. La réutilisation de l'existant deviendra une règle absolue.

Le coût des transports explosant comme le pétrole devrait favoriser les retours vers les productions nationales et particulièrement locales.

Les transports auront une influence directe sur l'alimentation humaine nécessairement moins riche (ce qui ne sera peut-être pas plus mal pour l'obésité) La variété de produits devra diminuer de façon drastique en réservant aux saisons le soin de décider des produits à mettre sur la table.

3.1.6 Aviation civile et militaire

Dans cet aspect de l'aviation civile, il y a lieu de rapprocher cette partie aux transports d'une façon générale. Le coût de ce mode de transport est effectivement disproportionné d'un point de vue énergétique, par son principe même.
Je pense qu'il n'est pas besoin d'être devin pour comprendre que ce mode de transport sera de plus en plus réservé aux affaires nécessitant la rapidité.
Les autres affaires devraient normalement se traiter par le biais d'Internet et des réunions en ligne.
L'avion reste un moyen de transport très coûteux en énergie, très pollueur et son déclin est programmé. Pourquoi continuer à développer de nouveaux avions  de transport de personnes encore plus grands ? L'aviation et son savoir faire précis pourrait se reconvertir vers cette nouvelle situation de dépendance énergétique et travailler sur le sujet de base.

Pour l'aviation militaire, celle-ci n'est pas très regardante, nous sommes son contributaire  principal et contribuable de fait ! Cependant, en période de crise, nous avons bien besoin d'être défendus d'un pays qui pourrait en vouloir à nos différentes ressources.
Il y aura un peu d'économie, mais je ne crois pas au miracle en ce domaine, la simulation en lieu et place du réel est une solution économe mais …

3.1.7 Le commerce

Ce métier devra se moraliser un peu et arrêter de nous prendre pour des imbéciles avec des produits inutiles, coûteux et sans aucune pérennité. Je ne doute pas un seul instant de sa capacité à se reconvertir pour exploiter ce nouveau filon énergétique.

3.1.8 L'éducation

L'Ecole devra enseigner le respect de l'énergie et donner l'exemple, car les comportements des enfants actuels est inacceptable. Ils jettent tout et n'ont aucune conscience des valeurs des objets. Mais comment enseigner cela alors que leurs professeurs ont déjà été marqués par ce siècle de la facilité et du gâchis, (et qu'ils sont souvent pires que leurs élèves ?)

3.2 Loisirs des consommateurs

Les 35 Heures ont été le fiasco du siècle dans tous les points de vues.
Outre le fait que celles-ci ont engendré du temps libre avec tous les problèmes associés, ces 35 heures ont eu un aspect désastreux sur le mental des Français, et même les bien-pensants de l'éducation nationale s'y sont laissés prendre.
Elles ont malheureusement appris aux Français le goût de la paresse avec le cortège de conséquences associées : oisiveté, bêtises en tous genre, nécessité de s'occuper (bêtement ou utilement), dépense d'argent inflationniste (non gagné) ! Prospérité des organismes de crédit et appauvrissement d'une classe moyenne.
Tous les abandons de loisirs inutiles se solderont bien entendu dans la douleur par la perte de pans d'industries qui tomberont avec les emplois associés.
Beaucoup de loisirs ont des conséquences énergétiques indirectes (exemple équitation et fuel des tracteurs pour le fourrage +CO²). Voici quelques exemples :

3.2.1 Aviation de loisirs, nautisme

Ces activités n'ont aucune importance en termes de bien être des populations. Le gâchis d'énergie de machines voraces, est un pied de nez à la crise.
Je pense qu'il faut limiter cela à l'école du pilotage qui est toujours nécessaire, mais garder la solennité de la chose au monde de l'utile et non du futile.

Ceci d'autant que la pollution aidant, nous sommes tout de même "en dessous" au sens propre, tant pour les décibels que pour les gaz et pour le seul plaisir d'une seule ou de quelques personnes.

Pour le nautisme, c'est aussi gros consommateur d'énergie (pétrole) en pure inutilité.

3.2.2 Moto "verte", quad

Là aussi, Quads et moto "verte", trial, cross... devront rivaliser d'innovation pour prouver leur utilité.
Oh oui bien entendu, il faut dire que créer une micro-moto ou un micro quad pour les gosses, fait partie des choses raisonnables et essentielles…¿
Je pense que parfois les parents sont plus inconscients que leurs enfants parfois âgés de moins de 5 ans !.
Il faut arrêter ces fous de commerçants toujours prêts à foutre le monde par terre pour faire des bénéfices. (Suppression immédiate des importations de ce type).

4 Conséquences à moyen terme

Le coût du pétrole va changer de façon durable notre vie journalière. Le travail va se trouver profondément modifié avec de nombreuses crises durables.

4.1 Stabilité /récession durable

Le développement ne me semble plus à l'ordre du jour. S'agira-t-il de stabilité durable ou de récession, bien malin celui qui pourra faire des prévisions exactes. Ce sera de toutes façons des changements profonds dans la société, avec des risques réels de dérapage.
Il faut cependant considérer quelques éléments qui eux sont stables. La terre se modifie durablement sous l'action de l'homme. L'énergie est la mère de toutes choses, et maintenant, une grande majorité des hommes sait que cette énergie est aussi le cœur de l'alimentation de l'homme.

Il faudra un jour parler le langage vrai, qui est de dire que le développement est terminé. La terre ne peut plus porter autant d'hommes et les nourrir (au sens propre comme au figuré).

Il y aura prochainement saturation et la subsistance ne pourra plus être assurée que pour une minorité "riche". Que feront les autres hommes ? Il faudra envisager une diminution de la population mondiale sous peine de ne pouvoir la nourrir.

Comment envisager cette diminution de population ou récession ?.

L'autorité, est une solution comme cela a été déjà réalisé dans le sud est asiatique.
Cependant, cela ne résout pas tout, car la fonction de reproduction n'est pas toujours raisonnable. Les "accidents" sont nombreux, et surtout dans les pays pauvres, par la méconnaissance des règles biologiques qui nous dirigent. La fertilité des femmes doit être connue de toutes. Les femmes devront aussi pouvoir librement accepter ou refuser une grossesse.

Cette Vision est pourtant une gêne aux pouvoirs en place (tous confondus), car on ne possède un pouvoir que par rapport à ses semblables, alors il faut bien avoir une légitimité …Ceci sous-entend que les différents gouvernements ne seront pas obligatoirement enclins à réviser leur politique de natalité qui n'est que la représentation de leur puissance.

Que faire alors si la natalité augmente de façon inconsidérée ? Crise alimentaire et problèmes d'énergie pour produire, cataclysmes climatiques avec de nombreux morts…Et si cela ne suffit pas, ceux qui meurent de faim n'auront rien à perdre et demanderont par la force leur dû…

4.2 Mutation des métiers

Les métiers devront s'adapter à cette nouvelle façon de vivre. Par exemple, on devrait voir se développer les métiers pour prolonger les équipements et garder ainsi le plus longtemps possible des biens en état de fonctionnement. (maintenance)
Cet aspect de réparation est incontournable de l'évolution.
A l'extrême, nous risquerions de redécouvrir la vie d'antan. Avec quelques nouveautés, mais c'est là du scénario peut-être catastrophe.
Ce qui est sûr c'est que l'on devra apprendre l'économie de toutes choses et que les métiers nouveaux en seront le reflet.

4.3 Chômage

Dans ce paragraphe, il faut tout de même dire que l'élimination d'activités superflues se fera dans la douleur, car beaucoup de personnes perdront leur emploi, et le chômage devrait normalement être la réponse à cette modification des habitudes.

Ceci peut se traduire également par des crises localisées, avec instabilité des gouvernements.

Les métiers qui n'auront pas pu évoluer vers d'autres horizons utiles seront condamnés à mourir, et pour le travail des hommes, cela sera la crise et le chômage.

4.4 Guerre

C'est une alternative à la réduction des naissances qui permettrait à ceux qui la déclenchent, de s'attribuer les richesses d'un autre pays. Mais dans ce scénario cela pourrait ressembler à un cataclysme mondial, car les différentes unions de pays ne manqueraient pas de secourir les pays frères.

J'ose espérer pour tous que ce scénario n'existera jamais, mais il est malheureusement tout à fait plausible et il peut se réaliser à tout instant et déclencher l'irréparable.

5 Nécessaires obligations

Les obligations ne sont aujourd'hui que des recommandations de bon sens qui s'adressent à tous, mais principalement aux pays riches et à ceux qui dilapident les richesses de la terre. Elles s'adressent aussi à chacune et à chacun dans sa vie de tous les jours, et ce n'est pas facile.

Il est préférable aujourd'hui de commencer par soi-même et de ne pas attendre le voisin (celui qui gaspille à tout va !). Oh je sais que ce n'est pas simple et le "Oui mais il n'y aurait que moi " et pas les autres…La prise de conscience est un acte courageux et d'abnégation. Même chez moi ce n'est pas gagné !

Il n'y a qu'à regarder ceux qui ont décidé de vivre autrement en respectant la nature et en préservant les ressources de la terre. Aujourd'hui ils sont considérés comme des extra-terrestres ou plus familièrement des "fous".
Je les salue ici, car ILS LE MÉRITENT. C'est pour eux un grand renoncement à la facilité, et pour un couple une parfaite conscience de ce qu'est le nécessaire et le superflu.

Voici dans les paragraphes qui suivent ma vision des solutions à mettre en œuvre immédiatement, sans savoir pour autant si elles seront suffisantes.

5.1 Réserver l'énergie à la force physique

L'énergie devra être réservée aux travaux nobles nécessitant la force physique pour un bien durable et utile à la société. Créer une usine de quads de loisirs ne me semble pas une priorité honorable, et devrait être sacrifiée sans aucune pitié. Les états de droit devront parfois prendre des décisions contraires au droit par nécessité.
En effet supprimer une usine inutile est un pari de l'impossible…Je crois cela seulement possible par L'ABSENCE DE DÉBOUCHÉS (organisée ou non)

5.1.1 Agriculture et pêche

Première nécessité à combler par l'énergie, sans discernement. Il faudra pourtant surveiller que l'énergie soit correctement utilisée pour la production et non pour des activités personnelles.

5.1.2 Eau potable

Là aussi les travaux lourds nécessitent l'énergie des machines pour creuser les tranchées nécessaires aux tuyaux et créer les gros ouvrages.
Il faut aussi privilégier l'énergie pour assurer le pompage et la montée de l'eau aux réservoirs. L'eau potable est une priorité toute première.

Il faudra aussi favoriser toutes les récupérations d'eaux pluviales quelques soient les modalités de réalisation (par entreprise ou à titre personnel). Ceci pour tout ce qui peut être réalisé avec une eau non potable (WC, jardin, lavages etc...)

5.1.3 L'isolation et le chauffage, le solaire, l'industrie

L'isolation permettra de minimiser la dépense énergétique pour le chauffage. Cela représente un investissement initial récupéré sur les économies énergétiques futures.
Le solaire thermique devra confirmer sa percée et être rendu obligatoire pour l'ECS.
Toutes les industries devront être propres, pérennes et utiles. Elles devront se tourner vers ces nouvelles activités pour la maîtrise de l'énergie.

Il est certain également que le coût de l'énergie obligera à se chauffer un peu moins et à mettre la "petite laine" pour compenser.
Les administrations devront donner l'exemple et rendre des comptes de leurs économies de chauffage…

5.1.4 Les transports et le commerce

Ainsi que déjà largement évoqué, les transports devront être évités au maximum. Ceci impliquera une nouvelle façon de vivre et un retour aux notions anciennes. Les habitudes alimentaires devront se tourner de nouveau vers ce qui se passait il y a 50 ans.

Les nouveautés technologiques inutiles seront abandonnées par manque de transport et peut être même par manque de matière première. Jouets plastiques en tout genre et parfaitement inutiles qui finissent tous à la décharge. (L'amorce a déjà commencé avec le retour aux jouets en bois)

5.2 La réutilisation de tout ce qui peut l'être

Ce qui a été produit a nécessité un travail  ET de l'énergie. Cela mérite toute l'attention. Le gâchis n'est plus permis, car ce sera une question de survie.
Réutiliser ou donner une DEUXIÈME VIE à un objet deviendra une règle incontournable. Faute de cela le recyclage sera de mise. La terre a déjà donné en quelques dizaines d'années beaucoup de ses richesses. Il y a lieu de revoir la politique du "tout jeter" !
Le prix des pièces détachées devra retrouver une valeur décente représentant réellement le prix, et non être une source de profit sans fond.

Ceci est un peu mon créneau favori, et je pense qu'il y a beaucoup à faire en ce sens. Les seules limites sont l'ingéniosité de chacun. Il vaut mieux réfléchir à cela que de penser à épater le voisin avec son nouveau 4x4 parfaitement inutile dans 95% des cas (être en sécurité disent les partisans…).

5.3 La surpopulation et la formation

Ce sujet est réellement très délicat, car il touche les croyances et les religions "le nombre d'étoiles et de grains de sable" cités sont volontairement dits en ce sens.
De façon claire, il faut dire non à ce principe aujourd'hui, car la limite est non seulement atteinte mais dépassée.
Comment enrayer cette démographie galopante ?
La formation des femmes à la connaissance de leur fertilité est une première étape. Cela permettra une petite limitation. L'incitation aux hommes à limiter leur nombre d'épouses est aussi une nécessité. Un homme ayant 40 enfants n'est plus acceptable. Il pense certainement être le père de cette fratrie et régner sur ce petit monde (il est un petit roi de fait !).
Un père qui se contente de procréer sans assurer la subsistance à ses enfants n'a pas la dignité requise ni la légitimité. Le monde animal donne l'exemple quasi général de la protection et de la subsistance des petits par leurs "parents" ou éventuellement leur groupe.

La population devra non pas augmenter mais se stabiliser et décroître pour que le climat ne s'emballe pas et que les ressources énergétiques puissent être prolongées. Cette échéance n'est pas lointaine, elle est même pour "demain".
Elle est pour nos enfants, voire pour nous même, (y compris à la "soixantaine").

D'autres aspects de colonisation du système solaire seront peut-être envisageables ultérieurement, mais certainement pas à une échelle gigantesque pour cause d'énergie manquante. La majorité de l'humanité restera en place sur terre. Ceci est la réponse à quelques utopies qui ont cependant la lucidité de la situation mais certainement un réalisme peu convainquant sur la méthode.

5.4 Valoriser le travail en général

Cette approche d'un monde nouveau imposé tant par la vision d'un pétrole dont le prix flambe tous les jours, que par le dérèglement climatique (également conséquence du pétrole) est à réévaluer.

Nous n'avons plus à ce jour d'autre solution que de travailler à limiter nos dépenses énergétiques et simplement pour pouvoir vivre, tant l'énergie sera chère. Ceci sera peut être le premier mouvement qui pourrait sauver la planète du réchauffement climatique.
Ce travail se déclinera souvent par beaucoup plus de petits gestes journaliers d'économie, mais aussi par plus de petits travaux physiques.
Le seul problème est que les pays en voie d'émergence n'ont pas encore saisi la dimension de la crise ni sa gravité et veulent de suite leur part du "gâteau", mais les pays riches ont déjà mangé une trop grosse part !

5.4.1 Abandon des 35 Heures

Les 35 Heures devront être remises en question ne serait-ce que pour éviter trop de loisirs créateurs de consommation de bien et de pétrole. Le travail reste la seule valeur sûre.

5.4.2 Bannir le développement de la civilisation du plaisir

Les enfants déjà largement émancipés et violents devront commencer par obéir à leurs parents et travailler au lieu d'aller fumer des joints ou jeter leurs canettes de vin et de bière dans tous les coins et fossés.
Chers enfants vos aînés ont gaspillé sans compter sous la cupidité du commerce et ont oublié de vous éduquer, mais vous devrez travailler pour survivre.
Nous vous avons laissé un héritage inquiétant, nous en sommes les responsables et désolés de n'avoir pas été plus lucides.
Je dis nous, mais je devrais dire Messieurs nos dirigeants qui n'avez pas eu la simple lucidité .

5.5 Solidarité Nationale et Mondiale

Celle-ci sera de mise, mais les limites ne pourront être étendues indéfiniment, car le reste de l'humanité ne pourrait admettre les récidivistes du gaspillage.

Ainsi un pays qui encouragerait la procréation massive risquerait de n'être secouru en cas de crise, que dans la limite de ses efforts, c'est-à-dire presque rien.

Cette solidarité se déclinera à deux niveaux principaux, En interne à chaque état et aussi au niveau mondial entre pays.
Celle-ci sera nécessaire pour conjurer les futurs problèmes d'emballement de la machine thermique terrestre.
Dans ces futurs problèmes, la solidarité jouera ce qu'elle peut sans trop démunir les nations participantes. Il est donc certain que malheureusement une part de la population sera sacrifiée de fait. C'est une forme de guerre qui ne dit pas son nom.

C'est aussi une raison majeure qui plaide en faveur de la limitation des naissances.

Au niveau interne des nations, on peut penser raisonnablement que la solidarité jouera davantage avec la cohésion nationale, mais l'individualisme est encore en embuscade, prêt à attaquer !

6 Conclusions

Je souhaite sincèrement me tromper dans cette vision peu engageante de l'avenir, mais je ne trouve rien qui puisse émettre un petit signe positif. J'en ai discuté avec plusieurs personnes, mais ma vision est partagée par d'autres. J'ai voulu l'écrire peut-être pour faire réfléchir tout un chacun. La prise de conscience est déjà un grand pas dans la résolution des problèmes.

Je vais aller jusqu'à une extrémité rarement évoquée entre le travail manuel et le travail intellectuel. L'un et l'autre sont nécessaires, car la "tête" fera faire des économies en tout genre et particulièrement des économies d'énergie. Le travail manuel reste une valeur sûre délaissée car trop souvent considérée comme peu "noble".
Trouver aujourd'hui un artisan compétent relève du défi, et cette tendance est à inverser. Les réparateurs en tous genres devraient trouver de nombreux créneaux. Refaire du fonctionnel à partir de l'usagé est un mal nécessaire. Le luxe et le superflu ne sont plus d'actualité.

Adieu 4x4, adieu place de parking avec mon nom, adieu voyage à Tahiti, aux Seychelles. Internet est là pour les yeux, mais pas pour le soleil !

La crise de l'énergie devrait faire prendre conscience qu'il est parfaitement incongru de dépenser son énergie en pure perte en faisant un jogging parfois destiné et faire perdre le trop de poids acquis.
La bonne logique voudrait que ce surcroît d'énergie soit utilisé pour PRODUIRE et non pour éliminer le "trop bouffé".
Bêcher le jardin ou monter quelques seaux d'eau sont d'excellents dérivatifs utiles qui éviteraient de créer de l'inutile.
...Oui, oui, je sais ce ne sont pas les mêmes muscles, ni le souffle, ni le rythme cardiaque...

Je ne suis peut être pas très encourageant, mais je crois être lucide avant tout. Ce n'est plus une question de "refaire le monde", c'est une question d'éviter la perte du monde
Si vous lisez les autres articles, mais plus spécialement sur "bricolsec", vous verrez que c'est finalement une façon d'aborder en douceur cette nouvelle vision, et une manière de redonner ce que j'ai appris. A chacun d'en faire bon usage ! Bonnes résolutions, bonnes réparations.

_____ ( retour début d'article ) _____

_____ ( retour index lokistagnepas) _____
_____ (
retour index bricolsec ) _____