Désinfection des masques pour le COVID-19  (23/03/2020 période de confinement )Masque1

 

  1.      Pourquoi ne pas désinfecter un de nos masques déjà utilisé ?

Devant le manque permanent de masques, et habitué à la désinfection au chlore gazeux de l'eau potable, je me suis dit qu'au lieu de jeter un (de nos) masques ayant déjà servi un certain temps, il me semblait utile de trouver une solution pour le garder en bonne intégrité de protection et qu'il puisse encore resservir quelques fois.

Certes, ce n'est pas une solution industrielle, mais seulement une solution individuelle de secours qui n'est pas vérifiée et qui ne saurait l'être sans de nombreux essais. Devant l'absence permanente de ces masques, et de cette situation appelée à durer très certainement, il me parait cependant utile de lancer cette idée qui à l'extrême pourrait présenter un petit risque, au pire être inefficace, mais au mieux remplir pleinement sa fonction.

Je pense aux malades dont l'immunité est très faible (Traitements anticancéreux), à ceux qui ont déjà eu des atteintes aux poumons, au cœur, du diabète etc… et qui n'ont rien pour se protéger, et là ce n'est pas normal, c'est pourquoi je rédige cet article, car notre gouvernement n'a pas su nous protéger alors que c'est sa mission première.
Franchement c'est le bon sens, car actuellement, au vu des demandes et des quantités réservées, il y a certainement mieux à faire que d'attendre bêtement de mourir.

Voilà l'essentiel des raisons qui motivent cet article avec en plus l'envie de ne pas jeter quelque chose qui est rare et de pouvoir réutiliser les exemplaires que l'on peut encore détenir (issus du bricolage le plus souvent), car les masques délivrés aujourd'hui sont uniquement pour les professionnels de santé, ce qui est normal mais ne fait pas l'affaire des plus faibles.
Quand je dis masques, je parle de tous les masques qu'ils soient dits "chirurgicaux" ou FFP2, FFP1 ou même de simple bricolage. L'intérêt principal est cependant sur les types FFP2.

Il me reste encore 4 masques FFP2 neufs achetés en bricolage qui datent de 2001, et qui sont valables jusqu'au 6/2008, ainsi que quelques autres de moindre protection  et je vais les faire durer . !!!! puisqu'il n'y a rien d'autre : même avec ordonnance à l'appui !

Que dire de la date de péremption ? C'est un peu comme la DLUO ou la DDM, car ce produit inerte par définition est confectionné dans des conditions sanitaires comme les aliments.

Alors si j'ai bien compris, on a jeté tout le stock du H1N1 car périmé, ou trop coûteux à gérer, alors si c'est bien cela, quelle bêtise ! car même en cas de légère altération de poussière, ils auraient rempli leur mission COVID-19. On jette tout ! mais moi pas, il m'arrive d'avoir plus de bon sens que nos politiques… Il aurait été largement préférable de les donner à la population, (car au final, c'est nous qui avons payé ces masques !!!).

Le problème principal de cette désinfection réside surtout dans l'accumulation des poussières qui peuvent être un nid à germes en tous genre, mais dans une atmosphère assez pure ou seul les virus et bactéries se promènent, je pense que quelques réutilisations sont possibles sans véritable danger de contamination bactérienne cette fois.Masque2
Sur la boîte de ces masques FFP2 de bricolage il est indiqué qu'ils doivent être jetés au bout de 8 heures d'utilisation.

(Par sécurité je déconseille formellement de ramasser de vieux masques qui traîneraient)

 2.      Méthode (NON vérifiée)


La principale question est de savoir comment traiter un masque qui vient d'être utilisé et qui est donc chargé en vapeur d'eau de la respiration. En effet doit-on d'abord le faire sécher en premier lieu, puis seulement l'exposer au chlore ou faire l'inverse ?
C'est sur ce point que je suis très hésitant, et cependant cette question est  importante.

A ma seule réflexion, je serais tenté de dire qu'il serait peut-être préférable que le masque soit très légèrement chargé en vapeur d'eau, car le chlore a une bonne affinité pour l'eau et se dissout très facilement, ce qui faciliterait la désinfection ? Mais cela nécessite des tests que je suis dans l'incapacité de réaliser, car c'est du domaine des labos.


La base de la méthode repose sur le puissant désinfectant qu'est le chlore (Cl2) qui est un gaz plus lourd que l'air. Un produit bien connu en contient, dissout dans une solution de  soude caustique : c'est simplement l'eau de javel !


Il faut donc de l'eau de javel (ou hypochlorite de sodium, autre nom de cette solution souvent un peu plus concentrée en chlore dissout).
Il est important d'utiliser de la simple eau de Javel récente, car celle-ci se dénature rapidement à la lumière et à la chaleur.

En placer une quantité correspondant au fond d'une cuvette sur une hauteur de 1 petit centimètre environ, (comptez 200ml environ) placez les masques à traiter sur une clayette très aérée ou un bout de grillage. Complétez d'eau (tiède de préférence) pour que la solution soit la plus proche possible du grillage et des masques (sans toucher), et recouvrez l'ensemble d'une deuxième cuvette identique à la première.
Placez préalablement cet ensemble sur le sol pour éviter de respirer cette odeuMasque4r de chlore.

ATTENTION à la manipulation de l'eau de Javel qui est une solution fortement basique et caustique qui ronge ! Manipuler avec des gants et des lunettes et
ATTENTION aux enfants et aux animaux de compagnie.

Sans aucune certitude du "temps de contact", (contact gazeux bien entendu !) je pense que le chlore qui se dégage fera son action en 8 à 12 heures.
Le dégazage naturel de l'eau de javel libère du chlore gazeux Cl2 qui exterminera les virus et bactéries.

Je pense qu'après ce "bain gazeux" il sera nécessaire de laisser les dernières vapeurs de chlore emprisonnées dans le masque, se dissiper en laissant le masque à l'air libre et pur quelques heures avant de le reprendre.masque3

 (Il existe de petites cuvettes circulaires à 1 ou 2 Euros qui peuvent parfaitement faire l'affaire)

Laissez ainsi les deux cuvettes l'une sur l'autre, au sol en dehors des zones où vous vous tenez pour éviter de respirer les vapeurs. (buanderie, séchoir, loggia etc…)
Attention également aux cuvettes plastiques utilisées, car l'eau de javel (par le chlore) attaque certains plastiques. Cela pourrait s'avérer être aussi le cas de certains masques ?

Si vous faites un support assez grand, vous pourrez placer deux masques sans problème et pour la même efficacité !

Sur les photos on peut voir les deux cuvettes qui seront l'une sur l'autre, une fois l'eau de javel en place, le bout de grillage et les masques en place.

 3.      Risques

Il faut savoir que le gaz chlore Cl2 et un puissant agent désinfectant qui agit à faible dose.

Le chlore s'évapore de l'eau de javel de façon spontanée et il est dangereux en tant que tel car il peut irriter les voies respiratoires, mais ce ne sont que les vapeurs d'un produit ménager qu'est l'eau de javel et qui est largement répandu, puisque vous l'utilisez pour la désinfection des toilettes et autres. Donc si vous ne mettez pas la tête au dessus du récipient, vous ne risquez pas plus qu'en utilisation habituelle ménagère.

 4.      Conclusions

C'est une idée qui pourrait présenter un intérêt tant qu'il est impossible d'avoir des masques et que l'on en a encore 1 ou 2 à faire durer ne serait-ce que pour aller en courses alimentaires.
Très honnêtement, je ne pense pas faire courir un risque à ceux qui essayeront. Pour ma part je ne pourrai vérifier que jeudi ou Vendredi prochain lorsque nous irons en courses, car notre réserve d'eau de Javel est vide, (j'espère en trouver au supermarché !!!)
Pour plus de sécurité renseignez vous à l'ARS qui vous dira si cela peut être utile. (A mon humble avis ils ne vont pas se mouiller !)

(Je ne parle pas de degrés chlorométriques mais utilisez de la simple eau de javel en litre ou 1.5L. Evitez les berlingots trop concentrés et dangereux).
Soyez prudents en manipulant l'eau de javel qui reste un produit ménager corrosif et dangereux.

Je pense que c'est peut-être mieux encore de tenter ce genre de bricolage plutôt que de mourir dans les couloirs comme des chiens, faute de machines ou de soins adaptés. Mieux vaut ne jamais être malade !
Je n'ai pas encore essayé mais je ferai le complément éventuel de l'article après essais.

C'est une idée que je vais prochainement appliquer, mais demandez des avis autorisés c'est toujours mieux d'avoir plusieurs avis....

5.      Expériences

Pour  mon premier essai j'ai laissé mon masque FFP1 durant une vingtaine d'heures, mais c'est trop, car l'odeur du chlore reste forte, alors je crois qu'il faut respecter un temps ni trop long ni trop court... C'est facile à dire ! et très clair !!!!
C'est le temps de refroidissement du canon !!!

Il faudrait  rester  sur une durée de 8 à 12 heures, sans que je puisse être plus précis, car seules les mesures pourraient indiquer des temps optimum.

Si le masque a encore une odeur trop forte, il faut réduire ce temps, mais pas trop, il vaut mieux laisser à l'air libre quelque temps, mais pas trop non plus car le masque reprend alors des poussières et de la contamination.

Si vous avez des expériences sur ce sujet faites en profiter les autres en ajoutant des commentaires en fin de ce message, (mais jamais à contacter l'auteur) A suivre....

25/03/2020 14:28

Suite à un essai sur un masque, il s'avère que même après 10 minutes au dessus de l'eau de javel, le masque garde l'odeur de chlore, mais ni plus ni moins qu'après une vingtaine d'heures...Alors il faut faire dégazer à l'air libre durant un temps assez long, mais avec le risque d'une autre contamination.

Autre solution vue mais non retrouvée sur Internet et à priori sur un site officiel, (ressemble une FAQ), quelques dizaines de minutes à 70°C mais je n'ai plus les valeurs exactes. Pour ce faire il y a une enceinte thermostatée décrite sur "bricolsec" qui peut remplir cette fonction. J'essaie également cette solution....
Ce que je peux dire sur ce sujet, c'est que les masques FFP1 et FFP2 (anciens et périmés !) résistent bien à cette température
Après avoir placé les 2 masques au dessus de l'eau de javel, je viens cette fois de les replacer dans cette enceinte à 70° durant 10 minutes environ, et l'odeur de chlore est presque disparue...

Bien, j'arrête là sur ce sujet des masques, sous peine d'être taxé (à tort) de publier des conneries, mais plutôt que de dénigrer ces quelques mots de bon sens qui ne cachent rien des éventuels risques, donnez donc des solutions. (Pour l'instant c'est calme !)


lokistagnepas