Énergie, Société, Commerce et FESSENUCLENucléaire

Si vous arrivez directement sur cette page par un moteur de recherche, vous pouvez avoir accès à la table des matières et à chaque article, en page d'accueil.    L'accès se fait par l'un des deux liens en tête de colonne de droite ----->


Le désastre du Tsunami au JAPON et ses conséquences sur la centrale nucléaire de FUKUSHIMA au Japon sont dramatiques, et cela est aussi l'image de notre impossibilité actuelle de vivre sans une énergie toujours plus importante.

En Alsace à FESSENHEIM il y a  le nucléaire mais il y a aussi une  centrale hydraulique.

 Ce petit article peu structuré n'a aucune prétention et ne fait pas un réel écho au bruit de fond sur le débat du nucléaire.

 Je pense qu'il met seulement en lumière les véritables questions sur l'avenir de l'homme relativement à l'énergie (nucléaire) en général.

Vous pouvez également consulter  des articles précédents dont voici les titres et les adresses.

Pétrole, Énergie défaillante ?

La Crise Financière, Société, Travail, Énergie et Matières Premières

Enfin pour la partie technique pure, un petit peu de théorie électrique.
ÉNERGIE, PUISSANCE, TARIFS, Cos-Phi, HARMONIQUES


Toutes les images diffusées sur la catastrophe sont terribles et devraient nous faire réfléchir à notre place dans "la maison des hommes", la terre ! MFESSENHYDROais réfléchir aussi à notre façon de vivre ainsi qu'à l'héritage que nous laisserons à nos enfants.

La nature est puissante, et "notre maison" est comme celle d'un des "trois petits cochons", pas plus solide que du bois ou du papier.

Nous l'oublions facilement et le lancement médiatique du "retour d'expérience" face à la misère qui s'est abattue sous toutes ses formes, sur le Japon, me parait quelque peu déplacé.

"Déplacé", car avant la compassion qui me semble encore de mise, cela signifie tout de même que l'on est pas les meilleurs car il y a des doutes.

De plus, en général un retour d'expérience est quelque chose que l'on évalue à la suite de son propre travail  pour voir où on a été bon, moyen ou mauvais. Dans le cas présent je dirais de préférence "tirer les enseignements du malheur des autres", ce qui est plus la réalité, mais plus difficile à dire.

Nous n'avons pas su tirer nos propres leçons, et l'on voudrait déjà tirer des leçons de l'expérience des autres…Commençons par balayer devant notre porte !
Que l'on tire des enseignements de cette catastrophe me parait pourtant normal et nécessaire, mais il faut arrêter de le claironner, car nous avons tout de même réussi polluer la nappe phréatique du RHÔNE et le RHÔNE lui-même en toute impunité.
Un simple débordement est à l'origine de cet accident sur la centrale du TRICASTIN, sans parler des autres comme ROMANS et celles dont on a caché les incidents, voire du nuage intelligent de Tchernobyl qui nous a miraculeusement épargné…
Alors nous avons certainement des enseignements à tirer mais avec une grande modestie, car nous ne sommes pas toujours très malins et une commisération pour les techniciens qui laissent leur vie pour les autres est de mise. Belle leçon d'abnégation à méditer, ainsi que le caracatère planétaire de ce genre de problèmes.

Que l'on parle de façon stupide de ne rien remettre en cause au niveau énergie nucléaire est une attitude inconcevable, car la première leçon à tirer est certainement de remettre en question quelque chose qui est particulièrement dangereux.
C'est un peu comme tout le monde dit : l'accident n'arrive qu'aux autres… Eh oui !
Je ne peux m'empêcher de penser à cette phrase de l'époque des poilus "Nous gagnerons car nous sommes les plus forts !!!!"
Non je pense que la sagesse qui devrait être l'apanage de nos représentants nationaux, (car ils ont normalement été élus pour leurs compétences et leur clairvoyance) n'est pas une qualité d'origine qu'ils possèdent, et qu'ils semblent principalement convoiter de bonnes places bien rémunérées sous prétexte de dévouement à la nation.

Je crois l'Allemagne beaucoup plus lucide, puisque la première chose est de commencer le sujet par un moratoire (Le moratoire est une période d'attente provisoire). Ce jour 18/3/2011 même la Chine fait aussi un moratoire, et c'est dire que c'est une attitude plus qu'évidente à avoir.
Ce temps d'attente qui permet la réflexion est toujours quelque chose d'important et personnellement, je l'utilise toujours, car, ce que je pense un jour, peut légèrement changer le lendemain où être éclairé d'une autre manière par d'autres avis.
(De même que proposer d'emblée de "bombarder la Libye" (avec des frappes ciblées), d'être obligé de convaincre ses partenaires me paraît un manque de retenue évident, même si cette crise est terrible également et que Kadhafi et ses sbires sont des mercenaires qui ne valent pas cher et qui méritent une leçon pour tuer gratuitement les sans défense.

Revenons au sujet principal, et on peut déjà comprendre que "le politique" est intimement lié à l'énergie. Le drame du nucléaire est que les doses sont cumulatives, et que même si la radioactivité est faible, ce sont des mini doses, mais sur des durées importantes, ce qui revient finalement au même, et si l'on est pas immédiatement avec des "dents blanches", on augmente lentement notre sensibilité aux mutations génétiques et à la casse de quelques chaînes de notre patrimoine génétique. Ceci pouvant à terme engendrer des mutations, des cancers ou autres désordres non seulement vers les lieux de haute radioactivité, mais aussi sur l'ensemble de la planète car les nuages n'ont pas de frontière.

Les tâches pour nourrir tous les hommes, femmes et enfants de la planète sont si nombreuses et importantes que l'usage de l'énergie sous toutes ses formes est nécessaire. Il y a eu par le passé les animaux (cheval, bœuf…) il y a maintenant les tracteurs et l'atome aujourd'hui.
Cette énergie pour les besoins primaires est importante en termes de KWH fournis à ce jour, tant par le pétrole que l'énergie nucléaire.
Je dirai que cette énergie primaire de simple survie, peu difficilement être réduite sans altérer les besoins premiers des hommes.
Il faut aussi ajouter que se nourrir n'est plus suffisant aujourd'hui, car nous voulons aussi tous vivre avec un minimum d'aisance et de confort.
Or cela se paye en énergie…. Fabriquer du plastique, faire tourner des pompes pour distribuer de l'eau potable ou produire de l'essence pour alimenter tracteurs et véhicules…C'est beaucoup d'énergie et de matières premières non renouvelables !

A priori, peu de personnes pensent que l'énergie fait partie des matières premières, et c'est dommage car c'est en grande partie une réalité. Seule les énergies propres du soleil et de la géothermie qui sont accessibles sont renouvelables immédiatement. L'atome qui est énergétique lui aussi n'est pas accessible sans danger.
Alors peu d'énergies sont réellement disponibles sans danger, mais doit-on condamner une partie de la terre pour des milliers d'années en cas de problème ?.

Là où je veux m'insurger, c'est sur l'utilisation démentielle de l'énergie en futilités, et je pense à l'affichage publicitaire, aux panneaux lumineux et aux éclairages nocturnes des magasins avec force KWH de consommation.
Je pense également à tout ce qui est jetable, à tous les loisirs très énergivores, aux vacances par avion à l'autre bout du monde...

Cela devra cesser progressivement ou nous continuerons à avoir de telles catastrophes chez nous cette fois. Ces catastrophes sont une triste régulation naturelle de la population, mais consomment aussi des quantités très considérables d'énergie pour retrouver un niveau de vie décent.
Le commerce futile ou de création de besoins est la gangrène des Sociétés évoluées. Cela d'autant plus que ce sont souvent de mauvais produits ou des produits futiles ou à très faible usage.

Que dire des villes sorties du désert et des sports d'hiver dans le désert ? Douce folie de quelques illuminés inconscients !

Tout ceci n'est en rien une critique de ce qui se passe au Japon, mais seulement un avertissement pour nous tous, qui avons pour l'instant la chance de ne pas connaître directement ce malheur, car nous ne pourrons plus indéfiniment produire toujours plus d'énergie sans conséquences sur notre "maison".

Pour émailler les photos de tête d'article, il faut savoir que FESSENHEIM est dans une région moyennement stable et que la ville de BÂLE (capitale de la chimie) est toute proche et qu'un tremblement de terre dévastateur s'est déjà produit à BÂLE quelques siècles en arrière....
Il faut greffer à ce sujet du nucléaire, le réchauffement de la planète et le problème des ordures

Nous devrons nous limiter, et il vaudrait mieux commencer dès aujourd'hui !

Oui je sais on parle de développement durable…Eh bien si parfois j'accepte de dire que c'est bien, je dis aussi qu'il faut arrêter de parler de Développement mais seulement de durable ! Nous ne pourrons pas éternellement continuer à "développer".

Le développement est un leurre, car il n'a de raison que par l'augmentation du nombre d'humains (Et de l'élévation du niveau de vie), mais ce nombre devra se stabiliser et plus tard diminuer à cause des ressources de la planète qui s'épuisent. Le développement est aussi engendré par la soif de bien-être, de confort et de loisirs. Mais il ne faut pas oublier la difficulté initiale de se nourrir sans aide énergétique. Ceci est un seuil que l'on ne peut pas dépasser des milliers de fois sans incidents ou accidents.

C'est certainement très dur à admettre mais quelques hommes produisent l'essentiel pour les autres. Tout ce qui est accessoire est produit par une majorité qui travaille certes, mais pour le mal de la planète.

Que devront faire ceux qui ne travailleraient pas ? Difficile question car je n'ai pas l'intention de refaire le monde et je n'ai malheureusement pas de réponse toute prête sinon à citer une personne qui m'était chère et qui disait avec justesse "On est trop nombreux sur terre".
Je pense tout de même que nos besoins devront se restreindre, que le travail et les richesses devront être partagées, et que la population devra au moins se stabiliser, puis décroître.
Cette vision entraîne nécessairement un manque de travail pour beaucoup, et c'est un drame, mais cela nous conduit dans le mur si la morale n'intervient pas. 

Mais comment annoncer que l'on coule sans créer la panique ?

Derrière tout cela se cache dans l'ombre le profit incommensurable des banquiers sans scrupules, des marchands d'armes et des voyous de tous poils qui préfèrent se reposer et gagner de l'argent facile par le vol manifeste des pays les plus pauvres et par des trafics en tous genre.

Je crois que l'argent facile est encore plus dangereux que tous les cataclysmes naturels, car ce sont les enfants d'aujourd'hui qui ne peuvent pas encore comprendre qu'on leur creuse leur tombe avec nos besoins insignifiants en produits futiles et non vitaux au profit exclusif de quelques personnes immensément riches.
Tout ce bruit de fond engendre naturellement du travail, mais abîme largement nos relations avec la planète, au point que certaines activités ne sont plus maîtrisables.

Cette façon de vivre a également le danger de montrer à tort aux jeunes générations que le travail n'est pas nécessaire et que l'argent est une religion qui résout tout... ce qui n'est qu'un mirage !

Nous devrons, tout comme pour les matières premières, économiser cette énergie et accorder crédit à tout objet fabriqué.
J'aborde là un thème que j'ai souvent exposé dans mes blogs et qui est d'abandonner les profits immédiats avec des produits de mauvaise qualité qui sont le plus souvent de véritables scandales et de l'escroquerie manifeste.
Certains produits ne durent que quelques heures et passent ensuite au rebut. Or ils ont nécessité de l'énergie pour être fabriqués et c'est là que le bas blesse.

Nos vaillants commerciaux, mais surtout nos acheteurs sans scrupules qui "résonnent" (comme des tambours) ne jurent qu'en bénéfices, et sont plus coupables que les pauvres crédules (dont je fais hélas quelques fois partie).
Ces réflexions ne sont pas spécifiques pour la France, mais devront être appréhendées au niveau la planète.

Si l'heure est surtout à la compassion à nos amis Japonais victimes de la plus grave cascade de catastrophes, je veux tout de suite dire que c'est le fond du problème qui doit être revu, et non pas la surface.
Nos besoins en énergie sont importants c'est vrai. 
Pour maintenir l'existant, nous devrons dorénavant bannir ce qui ne sert à rien ou qui est de peu d'utilité pour éviter de nouvelles productions énergétiques quelles qu'elles soient.

Je pense que nous devrons revoir dans les années qui viennent nos modes de consommation et recentrer les grandes questions de la vie.

Cette nouvelle vision évitera de nouvelles centrales et économisera les ressources de la planète. A terme, nous devrions nous passer de la fission nucléaire au profit d'énergies plus dociles.

Doit-on aller vers la fusion nucléaire ? Je dirais que non, car la technologie est si pointue que le moindre grain de sable bloquera tout le processus, peut être sans catastrophe majeure, mais peut-être aussi avec l'anéantissement de la superbe machine infernale, qui finalement aura dépensé 1000 ou 100 000 fois plus d'énergie qu'elle n'en aura produite.

Il faut encore marteler que toute production de biens demande de l'énergie, et le plus souvent aujourd'hui, c'est de l'énergie électrique qui est chez nous produite par la dangereuse fission nucléaire.
Ces besoins en énergie permettent de nourrir une population qui dépasse souvent les frontières des états producteurs.
Les besoins d'énergie ne sont pas à utiliser pour des enseignes publicitaires lumineuses, des éclairages nocturnes de magasins. Nos besoins devront être ciblés sur l'absolument nécessaire et motivés par le souci permanent de la rareté de l'énergie quelle qu'elle soit.

Toute entreprise qui a besoin d'une publicité énergivore démesurée n'a certainement pas de produits qui valorisent la retenue dans l'utilisation de l'énergie ou une grande nécessité dans la vie de tous les jours.

Ainsi par exemple, j'ai (nous avons) cédé aux volets roulants électriques en remplacement de vieux volets grêlés, car c'est un peu dans mon domaine électronique, mais je le regrette pour plusieurs raisons.
La, première est que j'ai été sans arrêt embêté par les problèmes techniques. La deuxième, est morale, car une simple manivelle fonctionne très bien, même lorsqu'il n'y a plus d'électricité et elle permet en plus du mouvement !
La manivelle est réparable et je l'avais déjà fait plusieurs fois pour des ressorts cassés, mais avec les volets électriques impossible ou presque !
Mon côté technique me poursuit parfois à céder à quelques facilités pas vraiment nécessaires, mais je reste comme vous une personne qui peut parfois dévier légèrement de sa trajectoire.

Encore un exemple pour bien montrer l'aberration de notre société du gaspillage. Les voitures et la courroie de distribution…400 à 800 Euros pour changer une courroie. La bonne vieille chaîne de distribution tout métal, certes peut-être plus bruyante mais solide, n'entraînait pas la casse du moteur !

On a donc fait mieux et crée un nouveau besoin qui permet aux fabricants d'entretenir des garages et des ouvriers pour réparer et entretenir. Ce choix est essentiellement financier pour que les responsables s'en mettent plein les poches !
Malheureusement cela pollue la planète et crée un travail inutile. Seul avantage…donner un salaire aux travailleurs mécaniciens.
Regardez également les cartouches d'encre dédiées pour les imprimantes à jet d'encre…C'est un véritable scandale de bloquer les machines pour toujours gagner plus d'argent, ou d'empêcher une recharge à bon marché.

Alors oui ma critique est acerbe sur ces sujets qui polluent bêtement et entretiennent artificiellement des emplois parfaitement inutiles qui auraient pu être réaffectés au bien être et à la santé de l'homme.

Mais malheureusement l'homme reste le plus grand des prédateurs, et il n'y a rien qui limite sa folie d'argent et il n'y a qu'à voir avec le Médiator pour toujours gagner plus d'argent grâce à la corruption et au mépris de l'homme.
C'est encore plus abominable, alors que le fond même du sujet est de "soigner" l'homme (en abrégeant sa vie).

L'argent reste un poison encore plus violent que les radiations !

Nos représentants nationaux n'ont cependant pas le droit aux erreurs de stratégie et doivent nous conduire à bon port de notre naissance à notre mort, c'est leur première mission.

Alors il est vrai que je peux avoir la dent dure avec certains d'entre eux, car ils n'ont pas toutes les qualités qu'ils devraient avoir, et ils nous entraînent dans leur démagogie et leur soif de notoriété et d'argent et parfois de leur seul intérêt personnel.
Il suffit de voir simplement les places de villages qui sont refaites à chaque nouvel élu... Cela est une dépense d'énergie parfaitement stupide qui ne fait que gonfler l'ego de l'élu et oblige les administrés à payer pour une dépense tout à fait inutile.

Alors que dire du nucléaire ? Certes on ne peut pas le supprimer du jour au lendemain, il faut continuer de le faire vivre, mais avec une sécurité accrue. On ne peut pas passer du jour au lendemain de l'ère du tout électrique à une autre forme de société.

Ce changement de cap ne pourra se réaliser qu'avec la prise de conscience de chacun. J'entends aux informations l'évolution du coût de l'énergie électrique de 5% par an durant plusieurs années….

Préparation psychologique ? Très possible ! Mais c'est peut-être simplement le début du changement d'habitudes par le porte monnaie.
Ces changements qui sont imposés, au lieu d'être consentis, sont toujours néfastes et restent dangereux pour les sans scrupules.

Encore un mot sur le nucléaire et le refroidissement, car ce sujet me touche de près par le biais de l'eau potable. Quand on voit la difficulté à maintenir un réseau public d'eau potable en bonne "santé" (j'entend par là sans fuites et avec des installations fiables) on comprend que même si l'étendue est moindre dans les longueurs dans une centrale nucléaire, les problèmes d'étanchéité sont toujours très difficiles à résoudre et qui plus est avec des problèmes liés à la température qui favorise les ruptures de joints ou active la corrosion.

Ainsi en eau potable aucun réseau n'est exempt de fuites ! C'est une réalité ! Et même si quelques unités modèles n'ont pas de véritables fuites au jour J, il est certain qu'elles en auront au Jour J+1.

Alors comment faire pour éviter les fuites dans le nucléaire ? Le mieux finit toujours par avoir des fuites et j'ai pu également constater que parfois seulement, il est plus dangereux d'essayer de réaliser des maintenances préventives de routines (sans signes annonciateurs de problèmes) que de laisser continuer jusqu'aux signes réels de défaillance. (C'est un peu un contre exemple, mais qui est pourtant bien réel car on sait se faire des pannes lors des maintenances ! ).

Les conditions de travail des personnels civils sous traitants du nucléaire sont scandaleuses, car le géant EDF ne place pas ses propres personnels aux tâches ingrates et dangereuses pour la santé, pour éviter toute poursuite légale concernant les contaminations.
EDF a perdu sa noblesse de l'après guerre et a été pollué par l'argent.

Oui j'ai de la compassion pour les ouvriers qui travaillent en zone contaminée, car ils sont utilisés comme de véritables torchons et sont souvent incapables de mesurer réellement la dangerosité de leur mission.
Même si les doses reçues sont limitées, une nouvelle activité leur est alors interdite en zone contaminée si les seuils cumulés sont atteints.
Le comble serait d'être personnel intérimaire et remercié à cette issue. (Possible ? Impossible ?) Cette irradiation avérée et les conséquences sur la santé me paraissent difficiles à gérer psychologiquement.

A l'époque, et pour prendre la mesure du travail et du risque, j'avais tenu à simplement participer au nettoyage de déferriseurs et au remplacement de "cailloux de pouzzolane". A deux personnes dans une bombonne métallique connectée, mais sans risques (installation consignée) on se sent tout de même petit. Le travail est dur physiquement et la claustrophobie vous envahit.

Que penser des opérateurs qui travaillent dans le nucléaire dans des conditions encore plus dangereuses et au risque d'accrocs dans la combinaison étanche.
EDF, que je viens de mettre au pilori a pourtant élaboré des procédures qui sont draconiennes pour ses personnels en titre pour les travaux sous tension par exemple. Mais il arrive quelques fois, malgré ces précautions des accidents qui n'affectent qu'une seule personne en général. Ce n'est pas le cas du nucléaire ! Et cela est beaucoup plus grave à mon sens.

Alors pour les sous-traitants qui ont répondu à un appel d'offres, la question est avant tout financière, pour emporter un marché, et le sujet est vite résolu pour les personnels qui auraient des velléïtés de peur des rayonnements...C'est "l'irradiation raisonnable" ou la porte (Ou on cache parfois la vérité).
Il faut surtout protéger ces ouvriers de leur propre entreprise qui ne leur laisse pas le choix.
De plus ces entreprises ont recours pour les mêmes raisons de délégation de responsabilités, au personnel temporaire, et je sais de quoi je parle....

Quelle solution choisir ? Je laisse le point d'interrogation sans réelle suite, car il est vrai que lorsque les conséquences sont à ce point dangereuses pour l'humanité, je ne me sens pas la force de prendre une position ferme, mais de dire seulement que nous devrons revenir à des éléments plus maîtrisables.
Je ne suis pas un spécialiste du nucléaire, j'ai seulement eu quelques rudiments,  mais j'appréhende tout de même les difficultés réelles des centrales.
Cette vision de dangerosité m'est aussi confortée par mon activité durant  de nombreuses années en eau potable et la vision de tous les problèmes liés au transport des fluides. Décidément je vois mal le nucléaire perdurer sans nouveaux problèmes.

Le plus grave serait que d'éventuels problèmes soient de nouveau cachés, mais j'espère seulement que la CRIRAD veillera.

Encore un point de détail qui relève aussi de l'eau potable, qui est représenté par les phénomènes de dilution des pollutions. En nucléaire on se lave beaucoup et on rejette l'eau où ? Dans des puits sans fond ? Une partie des rejets à faible radioactivité rejoint le circuit naturel sans autre forme de procès.
J'ai participé à des recherches sur des pollutions chimiques banales et si les doses sont faibles, l'origine est très souvent difficile à localiser, car elle résulte d'une négligence ou d'un dépôt sauvage pour éviter le coût d'un retraitement.

Le principal problème en énergie nucléaire est que les radio éléments ont pour certains des durées de vie qui se comptent en dizaines de milliers d'années. Une erreur est donc sans appel et n'est plus rattrapable. Le droit à l'erreur n'existe pas !

Que se passera-t-il en nucléaire ? La même chose car l'argent intervient. Il n'y a qu'à regarder le scandale du pyralène.

Alors quelles conclusions tirer ? PRUDENCE ABSOLUE !
Il faudra tout de même envisager une autre Société AVANT que nous ne puissions plus rien pour nos semblables.
Cela est de la responsabilité des dirigeants des pays, mais dans notre Europe nous pouvons chacun commencer par modifier nos habitudes et économiser l'énergie.
Pour ceux qui ont déjà eu recours à mes blogs et les nouveaux visiteurs, je pense que cet article les fera réfléchir et leur montrera que j'essaye de mettre en application au mieux ce que je pense :

NE PAS GASPILLER

J'ai des difficultés pour tout bien faire, et être en accord complet avec ma façon de voir les choses mais J'essaye de rendre le service pour que tout ce qui est acheté puisse resservir ou être prolongé, ce qui économise l'énergie.

Cette évolution sera pourtant dramatique pour l'emploi, mais il n'y aura qu'une seule possibilité de rendre la vie abordable à tous, ce sera le partage du travail et des richesses ! C'est certainement la seule solution mais je vois mal son application !

Alors commencez par faire aussi un geste pour la planète et surtout pour vos enfants, réduisez autant que faire se peut votre consommation d'énergie (énergie réelle ou produits inutiles ou de piètre réalisation)

_____ ( retour en début d'article ) ____

_____ ( retour accueil lokistagnepas ) ____
_____ ( retour accueil bricolsec ) ____