Les Adoucisseurs d'eau
adoucie1
1 Le "calcaire"
1.1 La dureté de l'eau
1.2 La chaleur et les appareils
1.3 La santé
2 L'adoucisseur lui-même
2.1 Son rôle
2.2 Le principe
2.2.1 Les filtres
2.2.2 Les résines
2.2.3 Le nettoyage des résines
2.2.4 Le pouvoir corrosif de l'eau adoucie
2.2.5 Le by-pass
2.2.6 Le filtre à charbon actif
2.3 Les autres procédés
2.3.1 Appareils magnétiques
2.3.2 Les polyphosphates
2.3.3 L'osmose inverse
2.3.4 Les circuits d'eau adoucie
3 La vente des adoucisseurs
4 La santé et les Adoucisseurs
5 Les appareils concernés par le calcaire
6 Conclusions

Si vous arrivez directement sur cette page par un moteur de recherche, vous pouvez avoir accès à la table des matières et à chaque article, en page d'accueil.    L'accès se fait par l'un des deux liens en tête de colonne de droite ----->


Avant-propos

Désolé, mais je ne peux pas mettre à l'index un fabricant plus qu'un autre. Aussi j'ai préféré mettre une belle image de tête d'article et ne pas montrer un seul adoucisseur.

Il était nécessaire pour étoffer l'ensemble des sujets traités concernant l'eau potable, de dire quelques mots de bon sens sur les adoucisseurs d'eau, car ce sujet est toujours avancé sous forme de protestation de la part des abonnés au service de l'eau potable.
Qui n'a pas entendu "c'est de la faute à votre eau qui est très calcaire"…avec en sous-entendu la chaudière, le chauffe eau et le linge nécessitant un adoucissant, les traces sur la vaisselle etc...

1 Le "calcaire"

Le calcaire est partout dans la nature, c'est une grande partie des roches de France. L'eau météorite (qui tombe du ciel) est naturellement un peu acide et au contact du sol, en circulant sur les roches, elle se charge en calcaire (sous forme d'ions Calcium et Magnésium). Ce calcaire pourra se déposer par la suite, spontanément mais rarement dans les endroits où il ne dérange pas !

1.1 La dureté de l'eau

On définit la dureté de l'eau ou Titre Hydrotimétrique (TH) en degrés Français qui représente une valeur de concentration définie, de CALCIUM et/ou de MAGNESIUM.
(voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Duret%C3%A9_de_l'eau).

Plus ce nombre est élevé plus l'eau est qualifiée de "dure" et contient de plus en plus de "calcaire"
Cette dureté (ou TH) pose suivant la valeur, des désordres divers chez les particuliers et les entreprises.
Voici un rappel du tableau de Wikipédia

TH (°F)

0 à 7

7 à 15

15 à 25

25 à 42

> à 42

Eau

très douce

douce

mi- dure

dure

très dure

1.2 La chaleur et les appareils

La chaleur accentue la précipitation du calcaire et donc tous les appareils producteurs ou récepteurs d'eau chaude pourront subir cette action, le plus souvent indésirable.
Cette précipitation est très accentuée à partir de 60°C. C'est donc un point de réglage de la température des appareils de production d'eau chaude (chauffe eau) en remarquant que quelques degrés de plus sont recommandés pour les problèmes bactériens.
(Une température basse doit obligatoirement être maintenue un temps beaucoup plus long ~30 minutes à 60°C et seulement quelques minutes à 65°C (valeurs à confirmer))

Parmi les appareils concernés, il y a en premier lieu les chauffe eau, les chaudières, les machines à laver le linge et la vaisselle.
Ceci n'exclu pas les éléments simplement en contact avec de l'eau chaude, tels que les baignoires, receveurs de douche, casseroles, vaisselle et principalement les verres.

Dans l'industrie alimentaire, les centrales de production d'eau chaude, etc…les équipements sont tous équipés d'arrivées "d'eau déminée" (déminéralisée), car à ce stade, les conséquences sont extrêmement importantes en termes de coût énergétique, de sécurité et de remise en état.

1.3 La santé

Qu'en est-il sur la santé avec le calcaire présent ? Y a-t-il des risques de dépôts dans les "circuits humains" ?

Non seulement il n'y a pas de risques (exception faite des personnes dialysées) ! Mais c'est même recommandé.
Le calcaire, comme d'autres minéraux, fait partie de notre environnement initial depuis la nuit des temps.
Une eau sans aucun minéral n'est pas bonne à la santé.

On notera une nouvelle fois, qu'une eau "potable" est une eau agréable à boire sans odeur ni goût, qui ne nuit pas à la santé, mais certainement pas une eau parfaitement pure, répondant à la stricte formule chimique H²O.
Il faut aussi remarquer que le calcaire (Calcium en particulier), d'une façon générale, constitue une partie de notre squelette et participe à notre bonne santé (sous une forme assimilable).

Une eau très dure ne constitue pas un problème dangereux pour la santé de l'homme. Ceci contrairement à d'autres substances telles que les métaux lourds, les nitrates ou les phosphates qui peuvent induire des problèmes à des concentrations très faibles..

2 L'adoucisseur lui-même

Contre une eau très dure, une solution : un adoucisseur !

Il faut tout de même dire un mot sur cet appareil qui n'est pas mauvais en soi mais dont l'utilisation non adéquate est stupide.
Utiliser un adoucisseur en dessous de 25 à 27 °F n'est certainement pas d'une nécessité absolue, mais de le placer sur l'intégralité d'une installation est tout bonnement inapproprié (mais ce n'est bien souvent pas de votre faute...).

2.1 Son rôle

Un adoucisseur va éviter le dépôt de calcaire dans les équipements, et principalement là où son action devient très importante et gênante, c'est-à-dire, dans les dispositifs de production d'eau chaude.

2.2 Le principe

Le principe reste assez simple. Il suffit d'échanger des ions Sodium (chlorure de Sodium) contre des ions Calcium et Magnésium. (Les ions Sodium ne précipitant pas). Cet échange se réalise avec des résines particulières appelées résines échangeuses d'ions, préchargées en ions Sodium lors du procédé de régénération.
Un adoucisseur à résines permet d'obtenir des débits relativement importants. (Quelques M3/h)

2.2.1 Les filtres

Des filtres sont toujours adjoints avant les résines, et ceux-ci sont à surveiller en permanence, car toutes les particules constituent des supports pour les développements bactériens. Il y a donc des nettoyages réguliers à réaliser par les utilisateurs, sous peine d'utiliser une eau chargée en bactéries.
Ce nettoyage est essentiellement manuel, et consiste le plus souvent à changer une cartouche filtrante. (Ceci est identique d'ailleurs aux utilisateurs qui filtrent simplement l'eau du robinet).

2.2.2 Les résines

C'est le cœur du procédé. C'est là que les ions indésirables (Calcium et Magnésium) caractérisant la dureté vont être échangés contre des ions Sodium (Chlorure de sodium, du sel !). Ces résines sont synthétiques et constituent une surface d'échange très importante (micro-billes), mais elles doivent être nettoyées et "rechargées" régulièrement en ions Sodium. Aussi des cycles de nettoyage/rechargement font partie du procédé général.
La réserve de sel permet d'avoir un fonctionnement à tout moment de la régénération qui sera toujours fonction du temps et/ou du volume d'eau passée et traitée, mais dont on ne maîtrise pas l'instant en général. (Pour certains appareils la nuit seulement)

2.2.3 Le nettoyage des résines

Le nettoyage des résines consiste à faire passer à contre courant le plus souvent, de l'eau. Le rechargement des résines en ions Sodium se réalise avec la saumure (sel en solution) qui est aspirée (venturi) dans le bac à sel. Le rinçage final va évacuer l'eau chargée en ions Calcium et Magnésium (et Sodium aussi). Cette régénération va utiliser environ 150 litres d'eau pour un modèle moyen.
Ces opérations sont spécifiques à chaque constructeur.

Des cycles de nettoyage/régénération sont donc prévus suivant deux méthodes différentes et parfois mixées, ce qui me semble plus sécurisant. L'eau du réseau est utilisée pour assurer ces cycles et constitue une perte pour la ressource AEP,  mais aussi un coût non négligeable (avec l'assainissement).

La première méthode utilisée (temps d'utilisation) consiste à effectuer un nettoyage à date fixe ou écart de temps fixe. Ce principe pose le problème d'un certain gâchis en cas de faible utilisation.

Le deuxième principe (volumétrique) consiste à mesurer le volume d'eau passé et à en déduire l'état de saturation des résines. Ce principe de nettoyage s'effectue donc relativement à un volume d'eau traitée. Ce principe évite le gâchis d'eau, mais a l'important inconvénient de délivrer une eau non potable en cas d'absence prolongée par exemple. Dans ce cas, les bactéries auront eu tout le loisir de se reproduire et de devenir dangereuses par leur nombre.

Enfin, la moins mauvaise méthode consiste à réaliser le mix de ces deux méthodes, ce qui devient alors acceptable. Beaucoup d'appareils à ce jour peuvent combiner ces deux méthodes. Il faudra le vérifier !

Ce nettoyage n'est cependant pas suffisant, et les instances légales recommandent une désinfection fréquente à l'eau de javel de ces résines. Sur ce point je doute que les possesseurs d'adoucisseurs le réalisent très souvent, et peut-être même cela n'est-il jamais mentionné ?! (Il y aura tout de même lieu de consulter le fabricant sur ce point)

En remarque annexe, on aura compris qu'un appareil stocké "au garage" prendra la température ambiante et qu'un volume conséquent est ainsi monté en température, relativement aux canalisations du distributeur, qui sont enterrées et à température faible entre 4 et 12° environ suivant les saisons.
Oui le by-pass abaissera légèrement la température d'utilisation, mais le développement microbien restera augmenté  par la température au niveau des résines. Il sera seulement divisé à l'utilisation par l'intermédiaire du by-pass.

Dernier point concernant les résines, les échanges ioniques étant à un niveau extrêmement fin, il est nécessaire que l'eau à déminéralisée ne soit pas chargée d'impuretés. Des filtres avant adoucisseur sont toujours nécessaires. De même la régénération devra utiliser du sel (ClNa) d'excellente qualité et pureté.
La protection de l'installation particulière et du réseau public, outre le clapet compteur obligatoire, devra comporter un clapet spécifique (le mieux étant de le placer après la première filtration)

2.2.4 Le pouvoir corrosif de l'eau adoucie

L'eau chargée maintenant en ions Sodium (qui ne précipitent pas) a acquis de nouvelles propriétés, ce qui ne semble pas anormal, puisque sa nature est différente. Dans ces propriétés, elle est devenue agressive et peut ronger les canalisations.
Son agressivité est également néfaste au niveau de la Santé humaine. Sans rentrer dans d'autres considérations médicales, qui ne sont plus de mon ressort, il est déconseillé de boire une eau provenant d'un adoucisseur.

Ceci est un état de fait, non seulement par l'aspect agressif de cette eau, et la présence de Chlorure de Sodium (Sel), mais aussi par l'incertitude de sa qualité bactériologique. (Cela est équivalent à faire son café avec l'eau chaude du cumulus !)
Boire une eau adoucie suivant ce procédé est donc déconseillé, et les fabricants d'adoucisseurs l'on parfaitement compris, puisqu'ils proposent parfois, un petit appareil spécial pour la cuisine, avec de l'eau obtenue par osmose inverse (ultra-filtration poreuse), ce qui n'est pas mieux ! (voir ci-après)

2.2.5 Le by-pass

Un by-pass est une sorte de court-circuit hydraulique. Il consiste à assurer un mélange de l'eau adoucie avec l'eau du réseau NON adoucie. Cela permet d'avoir une réduction significative du calcaire, tout en en gardant un peu, et de la rendre ainsi moins mauvaise à la santé et moins agressive.
Ce by-pass assure, outre le mélange nécessaire, la sécurité d'approvisionnement en eau. En effet en cas de problème sur l'adoucisseur, il est nécessaire de pouvoir disposer au moins de l'eau du réseau. C'est donc la double fonction du by-pass.
On notera qu'un robinet de réglage différent du by-pass lui-même devrait permettre un dosage précis du mélange des eaux.

2.2.6 Le filtre à charbon actif

Rien à voir avec le calcaire et les adoucisseurs ! Ce filtre s'il existe, (et on le trouve parfois en plus de l'adoucisseur) ne devrait concerner que l'eau de consommation humaine. Un filtre à charbon enlève des éventuels mauvais goûts. En piégeant quelques matières organiques, mais élimine surtout le chlore résiduel, les HAP, les COV et les pesticides.
ATTENTION ceci est un plus, mais peut constituer une véritable plateforme de développement microbien. Il faut changer ce filtre très souvent (si il existe), et suivant les prescriptions du fabricant.

2.3 Les autres procédés

D'autres procédés sont également utilisés et répondent à diverses utilisations.

2.3.1 Appareils magnétiques

Il n'y a que la foi qui sauve, c'est bien connu, et ces appareils peuvent avoir une efficacité qui est très controversée. L'efficacité dépendrait de la nature des tuyaux, de la température, et bien naturellement du débit.
Je laisserai donc à chacun le soin de choisir entre les dispositifs à aimants permanents, et les dispositifs à champ électromagnétique de quelques kiloHertz.
Ces dispositifs sont utilisés par les particuliers et très rarement en industrie.
Je vous laisserai aussi le soin de vérifier si c'est efficace ou non !
Pour l'aimant à 4 ou 5 €, made in China, je crois que vous ne risquez pas grand-chose financièrement, mais c'est tout de même de simples aimants, et s'il est inefficace c'est encore trop cher, d'autant qu'il a participé au rejet de CO² !

2.3.2 Les polyphosphates

Les polyphosphates empêchent les dépôts de cristaux de calcaire seulement jusqu'à une température de 60°C. Ils font partie des procédés industriels et sont rarement utilisés par les particuliers. Ces polyphosphates, s'ils ne sont pas dangereux pour la santé en dose "normale", (On en trouve dans un nombre important de préparations culinaires), ils restent tout de même à surveiller de très près.

2.3.3 L'osmose inverse

Ce procédé est la création d'une eau parfaitement pure, non agressive, destinée à la boisson.  Le procédé physique consiste à piéger les sels (Calcium et Sodium) d'un côté d'une paroi (membrane) poreuse.
Ce procédé délivre une eau chimiquement pure, mais en petite quantité. (Ceci ne présente un intérêt que pour les problèmes de dialyse, où une eau très pure doit être utilisée).
L'eau issue de ce procédé n'est pas néfaste directement puisqu'elle est très pure, mais par contre, elle peut produire une CARENCE en sels minéraux de tous ordres qui sont alors absents.

Ce procédé est malheureusement aussi à déconseiller pour l'eau de boisson !

2.3.4 Les circuits d'eau adoucie

Il y a lieu de distribuer l'eau d'un éventuel adoucisseur seulement aux appareils nécessitant de l'eau adoucie (chauffe eau etc…) Il faut bannir impérativement le montage sur la totalité d'une habitation.
Cette pratique nécessite une installation plus conséquente et donc un coût initial plus élevé. Les coûts de fonctionnement en seront pourtant plus abordables, puisque seuls les équipements concernés feront leur office en eau adoucie.
Les consommables et l'usure générale s'en trouveront améliorés largement.

3 La vente des adoucisseurs

Là aussi l'abus est inconcevable et la vente agressive de ces appareils est l'apanage de quelques sociétés, plus scrupuleuses de leurs bénéfices que de l'utilité réelle de ces appareils.
(On notera aussi un certain snobisme quant à l'utilisation de tels appareils et de pouvoir ainsi se gausser des voisins qui n'en ont pas. Que c'est puéril !)

En effet jusque vers 25/27°F, je considère qu'il est superflu d'utiliser un tel appareil, ou du moins de le réserver uniquement aux chauffe eau.
Ce qui est déplorable est l'absence de nécessité dans une grande majorité de cas et d'utiliser le dénigrement des services distributeurs par le biais du calcaire.
Il est aussi lamentable d'utiliser de faux arguments comme l'économie de savon et d'adoucissant, car ces valeurs sont dérisoires relativement au coût réel de l'appareil (Investissement et fonctionnement). J'ai même lu que le circuit des chaudières (De particuliers) pouvait être totalement obstrué par le calcaire ! (Surtout que cette eau n'est que rarement renouvelée et qu'une installation de 100 litres d'eau primaire doit au pire libérer 2 à 3 grammes de calcaire !)

Les acteurs de l'eau potable distribuée ne sont pas tous parfaits, mais ils ont au moins l'avantage d'un discours (le plus souvent) techniquement correct, et de réaliser une mission dont tout un chacun peut apprécier l'utilité depuis le lever matinal…(Vous rappelez vous qu'un M3 d'eau pèse une tonne, et que si vous deviez porter toute cette eau, cela représenterait 120 à 200 tonnes par année…c'est énorme !).

Si votre désir absolu est d'avoir une eau adoucie, alors partez en connaissance de cause et sachez qu'il n'y a pas que l'appareil lui-même, mais les fournitures consommables, les pannes et bien entendu le contrat annuel d'entretien !...Cela a un coût qui est loin d'être négligeable et qui se rapproche de l'eau minérale vendue en bouteilles.
Les économies d'eau en bouteille, de savon etc…faisaient partie des arguments de vente ! Ils tombent de fait car après une seule panne, le bilan financier est du même ordre de grandeur sur quelques années, que l'eau en bouteilles. C'est-à-dire beaucoup plus cher que la simple eau du robinet.

Vous aurez aussi les problèmes indirects de canalisations rongées, créés par une eau agressive, avec la facture du plombier, et le calcaire n'abîme pas plus les robinets ou le carrelage que l'eau adoucie !
(Un peu de vinaigre d'alcool enlève toutes les traces de calcaire ! C'est si simple !)

Dans tous les cas sélectionnez les appareils à alimenter en priorité, et ne mettez JAMAIS cet adoucisseur juste après le compteur, en début d'installation, car c'est parfaitement inutile et cela crée des dépenses stupides.
Ce montage de facilité en début d'installation est fait pour limiter le coût initial d'installation et pouvoir ainsi réaliser une vente, et facilite de plus la vente des consommables.
Vous devrez cependant préparer une évacuation des eaux usées à proximité pour le nettoyage/rechargement automatique des résines.
Et pour parfaire l'ensemble, un réseau d'eau adoucie séparé du réseau principal est souvent nécessaire. Dans cette optique, l'emploi d'un adoucisseur nécessite d'être parfaitement évalué financièrement …!

4 La santé et les Adoucisseurs

Que ce soit de l'eau issue de l'adoucisseur (même un peu mélangée par le by-pass), ou d'un circuit en osmose inverse, l'eau ainsi obtenue et destinée à la boisson n'est pas conseillée.

Concernant le risque bactériologique, celui-ci est latent, car pour maintenir une eau de qualité, de nombreuses dispositions sont prises par les distributeurs ainsi que par les organismes de contrôle (qui sont toujours séparés).
Il est certain qu'au niveau de l'adoucisseur, VOUS SEREZ SEUL pour régler vos problèmes de nettoyage quels qu'ils soient, et que connaissant le métier de l'eau, vous pouvez faire quelques impairs parfois assez graves.
Je crois que dans cette situation, je préfèrerais m'en passer, si la dureté n'est pas trop excessive.

Dans le cas contraire, créez un réseau spécialisé d'eau adoucie aux points seulement nécessaires, et buvez toujours de l'eau NON adoucie.

(Vous préférerez un endroit frais et sec pour installer cet appareil).

5 Les appareils concernés par le calcaire

Les appareils producteurs d'eau chaude sont essentiellement visés.
Voici une liste non exhaustive des priorités à accorder au circuit d'eau adoucie en cas de forte dureté avérée de l'eau.

1. Chauffe eau
2. Chaudière (remplissage à ne pas compter dans les volumes nécessaires, puisque c'est seulement 1 fois tous les 2 ou 3 ans pour le désembouage ou en cas d'incident)
3. Lave Linge
4. Lave vaisselle (Je rappelle aussi que les lave-vaisselle ont déjà des sels qui sont chargés d'adoucir l'eau, alors…voilà déjà un équipement largement moins important à équiper. (La consommation de sel sera à peu près globalement identique !)

Le reste des utilisations devrait pouvoir se passer d'eau adoucie. (Il faudra donc envisager une installation spécifique pour l'eau adoucie).
Pensez également à éviter le robinet extérieur du jardin ou du lavage de la voiture !

6 Conclusions

Ne cédez pas aux arguments fallacieux et mercantiles, et avant toutes choses renseignez vous auprès de votre distributeur d'eau, qu'il soit public ou privé. Demandez lui la dureté de l'eau en degrés Français de l'eau qui vous est livrée.
Précisez bien le lieu de votre habitation, car vous pouvez être alimenté par diverses ressources et très souvent il peut même s'agir de mélanges d'eau de diverses ressources (ce qui est encore mieux).
En dessous de 25 à 27°F je préfère déconseiller cet équipement pour les multiples raisons évoquées.

Au-delà de 27°F, posez vous réellement la question de la nécessité d'un tel appareil, et si vous pensez que c'est ce qu'il vous faut, alors installez le pour le(s) seul(s) usage(s) le(s) plus important(s).

Évitez toujours également les appareils qui réclament des consommables de la marque, car le prix en est toujours plus élevé. Refusez toute clause de non garantie dans ce contexte, et exigez un document écrit le spécifiant.

D'une façon générale, face à tout démarchage, surtout, ne vous précipitez JAMAIS pour signer même pour une remise mirobolante.

La nuit porte conseil et les vendeurs savent par expérience qu'une affaire qui n'est pas traitée dans un temps très court est souvent une affaire perdue.

Prenez tout votre temps pour réfléchir et décidez sereinement.

Enfin pour le volet écologique, il faut tout de même mettre en exergue l'eau gaspillée pour les divers nettoyages, et qu'en l'absence de réelle nécessité, c'est un gaspillage ! Pensez également que cette eau est souillée et que vous payerez en plus l'assainissement sur ces mètres cubes…

Le volet financier reste important et beaucoup d'utilisateurs ont arrêté leur adoucisseur soit à cause du coût de fonctionnement qu'ils ne peuvent plus supporter, soit à cause du prix d'une réparation qui n'est plus acceptable.
Enfin dans cette conclusion, n'oubliez pas non plus que les cycles de nettoyage/régénération peuvent parfois "cafouiller" et que certaines factures d'eau tellement énormes, font l'objet de demandes de remises. (Remises qui ne devraient pas être acceptées car le procédé est dit de "confort", contrairement au fuites accidentelles qui peuvent toucher tout un chacun.)
Pour la déontologie, je crois qu'il serait anormal que la collectivité paye pour une opération de confort de seulement quelques abonnés (Les autres abonnés n'ont pas à payer les fuites des plus riches).
Le calcaire est certes gênant, mais il est largement préférable que ce soit le distributeur qui accepte des traitements globaux. Cela est aussi une garantie de qualité qui est loin d'être atteinte avec les appareils individuels.

Alors vous connaissez maintenant l'essentiel pour prendre une décision !

Une petite pincée de SEL ?

____ ( retour début article ) ____

____ ( retour accueil lokistagnepas ) ____
____ ( retour accueil bricolsec ) ____