La spirale de la Crise Financière, Société, SPIRAL1
Travail, Énergie et matières premières

1 Les enjeux pour la planète
1.1 Appauvrissement des ressources
1.2 Dissémination des matières premières en décharge
1.3 Pollutions à tous niveaux
1.4 Le réchauffement climatique et la météo
2 Commerce, finances et crédits
3 Le propre de l'homme et de la femme
3.1 Nos différences
3.2 Snobisme, parade et réussite
3.3 Goût du Changement

4 Le travail et la valeur ajoutée
5 Économies d'Énergie

5.1 Les transports
5.2 Économies d'énergie liées aux déplacements
5.3 Économies d'énergie à la maison

5.3.1 Électricité en général
5.3.2 Chauffage / climatisation et isolation
5.3.3 L'eau chaude
5.3.4 Les différentes machines à laver (le linge)
5.3.5 Les télévisions et les ordinateurs
5.3.6 L'éclairage
5.3.7 Les appareils en veille
5.3.8 Les contrôleurs d'énergie
5.3.9 Les confusions
6 Recyclage des matériaux
6.1 Les années 1950-1960
6.2 Le tri
6.3 Énergie liée au recyclage
6.4 Eau potable
6.5 Produits manufacturés

7 Les pièces détachées et la réparation
8 La nécessaire évolution
8.1 La formation et l'École
8.2 La démographie et les nations
8.3 Évolution de l'âge moyen de vie
8.4 Les moyens nouveaux avec Internet
8.5 Une modification de nos habitudes
8.6 Le favoritisme local
8.7 Démocratie ? Ou autre système ?
8.8 Réserver l'énergie aux tâches lourdes et pénibles
8.9 Utiliser jusqu'à la corde les matériels (et pouvoir le faire)

9 Développement Récession ou stagnation ?
10 Conclusions

Si vous arrivez directement sur cette page par un moteur de recherche, vous pouvez avoir accès à la table des matières et à chaque article, en page d'accueil.    L'accès se fait par l'un des deux liens en tête de colonne de droite ----->


Préambule

Pour changer un peu des registres eau potable et bricolage, vous trouverez ici un article assez différent des autres, mais dont le thème me trotte dans la tête depuis pas mal de temps, et qui trouve son déclic majeur dans la crise économique mondiale. Au gré des articles sur mes deux blogs, j'ai déjà distillé quelques gouttes de ces idées en général, mais à dose homéopathique.
Cet article général est classé dans le blog lokistagnepas, car le thème a tout de même un lien privilégié avec l'eau potable et donc aux ressources de la planète.
Il faut un début à tout, et j'espère que la philosophie d'un technicien, fera réfléchir quelques unes et quelques uns d'entre nous, mais aussi ceux qui nous dirigent. C'est en tout cas le but de cet article !
Résolument non littéraire et pragmatique, je suis cependant adepte de Jules VERNE, et si je n'apprécie pas particulièrement ses trop longues énumérations, je partage cependant une grande part de sa vision de l'humanité qui se dégage de ces histoires. J'invite ceux qui ne connaissent pas ce grand auteur, à lire "les naufragés du Jonathan" et même le titre très connu de "l'île mystérieuse".

Je ne peux m'empêcher de faire un petit retour vers les années 1950-1960, et rappeler comment j'ai vécu certaines années, quelques semaines de vacances à la campagne.
Vous n'avez pas connu cela, et nous n'étions pas parmi les plus malheureux, mais je me souviens parfaitement d'aller à la fontaine du village avec un broc et un seau… Pas de robinet, mais une petite casserole en aluminium pour puiser l'eau dans le seau et un évier en pierre.
Pas de lavabo, mais une commode recouverte de marbre avec une grande cuvette en céramique en guise de récepteur d'eau usée avec une cruche pour verser le nécessaire pour rincer. Pas de WC non plus, un seau hygiénique et l'ancêtre des toilettes sèches dans des réduits adjacents et le papier journal soigneusement découpé en carrés et perforé d'un bout de ficelle dans l'angle !
Extra terrestre ou homme de Cro-Magnon ? Non mais simplement une réalité vécue et rappelée à cette occasion sur le "Net", pour que ceux qui n'ont pas connu cette époque, puissent évaluer le chemin parcouru en si peu de temps.
On ne peut renier ainsi quelle "distance" sépare le seau d'eau  et l'ordinateur spiral8avec Internet !

J'ai connu ces épisodes de gosses d'après guerre où avec l'effort on se trouvait malgré tout heureux avec peu de choses. Pas de jouets en plastique, mais quelques cubes en bois portant des images usées et dont la  colle à base de gomme arabique se craquelait. Quelques livres de gosses avec les images d'Épinal du chat botté ou des "Pieds Nickelés" étaient lus et relus et usés.
A l'école primaire, (en blouse grise) et au lycée, la discipline était pesante, mais au LORITZspiral4, l'ancienne ENP de NANCY, l'horaire était de 41 heures par semaine. ("Martine" a dû sécher les cours dès cette époque !).
Quels horaires pour des adolescents ! Soyez rassurés, je suis toujours en vie et ce n'est pas mon fantôme mais seulement moi-même en chair et en os, qui devise sur ces conditions passées et vécues.
A remarquer que si je fais encore quelques fautes d'orthographe, (car je n'étais pas dans les meilleurs en orthographe), j'ai maintenant la satisfaction de figurer (avec modestie), parmi les bons en orthographe sur quelques forums du NET…
Xavier aurait-il baissé les bras ?
Non seulement cela ne s'est pas amélioré, mais dégradé de façon continue depuis l'avènement des ordinateurs de type PC, un peu comme les grèves des enseignants !
Rien n'est cependant jamais acquis, car vu le niveau d'orthographe qui trotte sur les forums, j'ai maintenant peur de me faire déteindre dessus. (Et ça m'arrive !)

Il n'y avait pas de télé ni de STAR'AC, ni de téléréalités très creuses, mais à l'époque, si on faisait comme tous les gosses quelques conneries, on était pourtant travailleurs et respectueux, même de quelques profs farfelus (heureusement très peu), ce qui m'a permis d'avoir mes diplômes et de vivre sereinement le travail des 30 glorieuses, les chocs pétroliers, le licenciement aussi, et quelques entreprises véreuses, et pour terminer ma carrière, le secteur public qui représente une autre vision, qui ne sera pas développée ici, car trop complexe mais qui sera à peine effleurée.

Je suis là d'une façon générale pour redonner un peu ce que j'ai appris tant à l'école que par moi-même et permettre à ceux qui cherchent une solution ou une idée de peut-être y répondre, et je n'attends rien en retour, si ce n'est de réfléchir à ce qui est dit et qui n'est pour moi que du bon sens. Une adhésion traduite en actes serait encore un espoir de plus pour les générations qui viennent. Les idées novatrices démarrent souvent de façon très timide.
Ce préambule cale pourtant le contexte initial de cet article qui se veut une incitation à la réflexion avant toutes choses, mais qui ne dédaigne pas pour autant quelques solutions individuelles pour que la crise soit moins dure et que de nouvelles attitudes émergent et puissent faire école et peut-être retarder l'inexorable déclin.

Cet article se veut aussi un avertissement à la consommation aveugle et stupide qui n'est autre que le gaspillage. Malheureusement, les "remèdes et potions" pour être efficaces devront être pris journellement avant chaque repas des 6.7 milliard d'habitants de la terre (source WIKIPEDIA) …

Pour ceux qui pensent que cet article est politisé ou à tendance, ils se trompent lourdement, car je ne milite dans aucune association ou quelque parti que ce soit, et je suis en dehors du monde politique sous toutes ses formes. Je pense être plus libre et utile ainsi en solo en gardant toute ma liberté de parole, du moins pour l'instant.

1 Les enjeux pour la planète

La planète est malade, d'une façon générale. Cette maladie a de nombreuses origines dont je vais citer seulement quelques unes parmi les plus importantes.

1.1 Appauvrissement des ressources

La population mondiale étant toujours en progression, la consommation totale est importante, mais suit difficilement cette croissance. Les ressources ne profitent réellement qu'à une minorité. C'est d'abord les ressources ALIMENTAIRES, qui sont vitales, mais qui peuvent parfois être gaspillées par la calibration ou sous forme de carburant. (A l'époque, on terminait son assiette, et on ne prenait que ce que l'on savait pouvoir manger. On ne jetait pas la nourriture !)
Cet aspect de la culture intensive pour le seul maintien de la vie, appauvrit les sols et les pollue avec les différents produits de traitement et engrais. Cela a aussi une conséquence directe sur la qualité de l'eau potable et sur la santé, par les bombes à retardement causées par ces produits (aspects sur la santé des hommes, mais aussi destruction d'animaux très utiles tels que les abeilles avec une grave hypothèque sur la pollinisation ultérieure des plantes et particulièrement des graminées qui représentent la première nourriture de l'homme dans le monde).

L'appauvrissement des ressources se décline aussi sur les façons de vivre. Métaux pour les voitures, bois pour le papier ou les salons de jardin…

Le pétrole ! C'est l'élément majeur qui donne à la fois beaucoup d'énergie et qui est aussi matière première (pour les plastiques et dérivés). Au fil des années, les ressources connues ne cessent de progresser (selon les producteurs ?), l'échéance de fin de profusion sera pour ce 21ème siècle. Il ne faut pas oublier la notion de "fossile" attachée, qui se traduit par l'absence de renouvellement possible.

Le plastique longtemps considéré à ses débuts comme matière de bas étage, a beaucoup de propriétés utiles et intéressantes. Certes, maintenant on a révisé ce jugement et on le recycle, mais pas toujours dans son domaine d'utilisation préférentiel (vêtements "polair" par exemple). Certes c'est mieux que rien, mais cela affecte tout de même les stocks de pétrole et tout recyclage a un rendement (toujours inférieur à 1).

Il faut dire un mot sur les bouteilles d'eau en plastique…qui nespiral6 sont jamais recyclées en tant que tel. Alors pourquoi ne pas revenir à la bouteille en verre consignée ?
J'ai trouvé sur "terre de femme.com" une information qui parait  plausible et qui représente bien l'impact du pétrole. Un simple gobelet blanc en plastique représenterait 3.2 g de pétrole ou 1Kg de polystyrène pour 2.3 L de pétrole !
Ce que l'on jette ainsi représente un poids en pétrole ! C'est évident, mais le dire clairement peut favoriser une prise de conscience plus appuyée qu'un simple sous-entendu.

La casse du verre pour sa récupération nécessite une énergie importante pour sa refonte et n'est certainement pas une solution miracle, mais seulement une solution temporaire faute de mieux. Cela évite seulement la mise en décharge, car au niveau énergie de fonte/refonte c'est certainement assez voisin !

1.2 Dissémination des matières premières en décharge

Un autre enjeu pour la planète est la dissémination des ordures. Consommer consiste à prendre quelque chose et à le jeter dégradé ou non, quelques temps après.
Les ordures (ménagères) sont le plus souvent constituées des emballages de la nourriture. Cela n'est pas le seul cas d'ordures, car tout ce que la vie actuelle consomme se retrouve partiellement dans ces ordures dites ménagères.
Les matières premières sont recherchées en densité élevée dans les différentes mines et sites d'extraction (charbon, minerais divers, pétrole, eau etc…) Les ordures ont finalement le rôle de mélanger les différentes matières premières et de les rendre inutilisables ultérieurement.
Ainsi à ce stade on ne peut plus rien utiliser comme matière première, à moins que…
Ce que l'on peut dire est qu'au stade du tas d'ordures, il n'y a plus rien à faire de façon simple. La seule solution à cela consiste à séparer les principaux éléments AVANT l'abandon ultime.
A terme nous devrions ne plus avoir de décharge puisque tout (ou presque) serait recyclé.
Regardez les excellentes émissions sur la pollution du fond des mers, c'est ici que se retrouvent toutes choses !

1.3 Pollutions à tous niveaux

Le plus grave dans cet aspect est que les choses les plus anodines comme les épluchures de pomme de terre ou les plus toxiques comme des oreillettes anti-sommeil avec des contacts mercureSPIRAL2 s'y retrouvent. (Ce n'est pas le petit logo de poubelle barrée qui va faire frémir la fibre des plus inconscients. Le petit autocollant sera vite retiré car très vilain sur une oreille !))
Tout est mélangé, souvent par manque de structures sous-jacentes. Quand vous pensez que dans certaines grandes agglomérations, il n'y a toujours pas de déchetteries. Alors vive les vieux matelas et assimilés...!
En premier lieu, je crois qu'il serait déjà  préférable de changer cette dénomination et la vocation réelle en centres de regroupement hautement spécialisés, car je ne peux concevoir que certains déchets ne soient pas réutilisés.
Comme il n'y a rien, alors on retrouve, des briques, du "placo", des cartons, des canettes etc…le long des routes en pleine forêt. On retrouve aussi des ordinateurs complets au pied des bennes à verre. etc…etc…etc. On trouve aussi des attitudes imbéciles avec incivilités (photo de bennes à papier ci-dessous !)

On a beau devenir sénateur, voire président de conseil général, ou plus haut encore, on a été plus imprévoyant que le plus simple ouvrier.
Oui, il est exact que l'affaire est à traiter au niveau mondial spiral3mais il faut bien quelques messagers de ces projets de survie. Alors la France pourrait très bien jouer ce rôle ?

Ces résidus sont ensuite disséminés le long des chemins par le vent et la pluie. Rassurez vous je déplore les attitudes non citoyennes…J'ai un jour ramassé en solitaire deux sacs de canettes de bière, de "topettes de vin d'1/4", bouteilles de whisky et alcool forts dans les caniveaux le long des chemins de randonnée (GR) et cela m'indigne largement. Éducation ? Ivresse gratuite ? Mal être des jeunes ?

Revenons aux différents niveaux touchés, et en premier lieu les fleuves et rivières polluées tant par les PCB que par les produits chimiques issus des ACTIVITÉS INDUSTRIELLES et MÉNAGÈRES. Tout n'est pas biodégradable instantanément et il faut un temps minimum.
Est-il nécessaire de rappeler  que le rôle d'une station d'épuration est essentiellement biologique et qu'en aucun cas les produits chimiques ne sont traités.
Ces produits sont donc rejetés sans traitement avec les effluents des stations d'épuration pour rejoindre les circuits hydrauliques généraux des rivières et fleuves et au terme, polluer nos plages et une partie de notre propre nourriture (poissons).

Regardez aussi les levées de boucliers parfaitement justifiées lorsque l'on parle de curer fleuves ou rivières. Il y a la raison évidente qui est la pollution des sédiments dont personne ne veut accepter (à juste titre) l'épandage en terre agricole, et encore moins en zone d'influence de captages d'eau potable !
Je pense également aux différentes molécules chimiques de nos médicaments qui rejoignent aussi le milieu naturel, et qui même à dose homéopathique perturbent les milieux aquatiques.

Les terres contiennent aussi tous les pesticides dont l'agriculture fait un usage immodéré pour une recherche irraisonnée d'un profit immédiat. Certains pesticides sont interdits maintenant, mais restent encore présents dans les analyses. Je veux pour preuves l'Atrazine qui est toujours présente et pour longtemps encore puisqu'elle n'est que très peu dégradable et malheureusement cancérigène...

Regardez donc les cabanes délabrées des pâtures en zone inondable, vous trouverez, outre les fûts de 200 litres aux contenus d'origine incertains (avec des volumes inutilisés et inutilisables qui rejoignent la nature directement), des bidons de 30 litres aux couleurs "chatoyantes" et ayant eus des contenus extrêmement toxiques.
L'eau potable est instantanément menacée par les polluants liquides, car il n'est alors plus possible d'intervenir.
Je dirai juste un mot, sur un sujet qui existe toujours (mais on en parle plus !), ce sont les CFC et autres produits qui attaquent la couche d'ozone protectrice des UV au dessus des pôles. (Anciennement les fréons des réfrigérateurs)

1.4 Le réchauffement climatique et la météo

L'air naturellement est aussi le siège de très gros problèmes de pollution, à cause des différentes émissions de CO² et NOx et divers. Cela met gravement en danger le climat de notre planète et le réchauffement climatique conduira à l'abandon de certaines terres basses, ainsi qu'à une modification profonde des climats (phénomènes violents ravageurs) avec comme conséquence directe de la modification des climats, des problèmes alimentaires à prévoir.
La voiture et les camions et sans oublier les avions (transport et plaisance pour une petite part), sont les principaux vecteurs de cette pollution de l'air.
Cette pollution concentre ses effets sur la température moyenne annuelle et modifie ainsi les climats avec des phénomènes extrêmes violents de plus en plus fréquents (inondations et cyclones puissants), mais aussi avec des phénomènes silencieux (coraux) avec conséquences indirectes sur l'alimentation humaine par le biais des poissons qui se raréfient.
La déforestation participe à appauvrir l'air en oxygène, bien que l'on ne trouve pas (à ce jour) dans la littérature de variation de proportion de l'oxygène atmosphérique.
La mer asphyxiée par les déchets et boues diverses, réduit aussi sensiblement ses apports d'oxygène par le biais de la photosynthèse des algues présentes sur les plateaux continentaux et asphyxiées.
Si quelques degrés au niveau de l'homme ne perturbent pas directement sa vie, il n'en est pas de même au niveau de la puissante machine thermique qu'est la terre.
Ce réchauffement peut aussi modifier les grands courants marins avec en conséquence des modifications très imprévisibles de climats locaux et des conséquences indirectes cette fois pour l'homme.

En quelques éléments connus de tous, les coraux se meurent, les ours polaires n'ont plus de subsistance assurée par manque de glace solide pour se déplacer, les planctons régressent, avec la mort de nombreuses espèces animales qui participent à la grande diversité.
Cette mort entraîne à son tour d'autres modifications qui ne sont que la réaction du système qui n'a plus son équilibre initial et qui provoque ainsi d'autres catastrophes.

La désertification de certaines zones est en marche et devrait réduire le champ d'occupation de l'homme avec une concentration toujours plus présente et à mon sens pas vraiment souhaitable.

2 Commerce, finances et crédits

Que vient donc faire ce paragraphe dans cet article ? Oh ça ne va pas plaire aux grands de ce monde qui ne rêvent que de profits, d'influence et de gloire.
Le commerce dans sa première assertion est nécessaire pour REGROUPER les besoins de chaque homme sur une plateforme qui DISTRIBUE ce qui n'est pas produit localement. Cette vocation première est une nécessité. Cependant ce sujet s'est largement dévoyé vers des profits de plus en plus conséquents qui ne représentent plus le SERVICE APPORTÉ.
Qui plus est, le commerce a maintenant franchi le cap du service pour CRÉER LE BESOIN qui n'était pas autant présent à l'origine.
Sans être absolu, il faut faire la part des choses en disant que quelques besoins sont parfaitement louables et peuvent représenter un réel progrès (pour ne citer que la médecine par exemple).

Pour illustrer le travers du commerce, je veux citer les désodorisants ménagers qui ne sont que des leurres. Je veux citer aussi les essuie-tout qui ne représentent que la déforestation et la FACILITÉ à tout prix ! Les papiers collants pour ramasser cheveux, les chiffonettes miracles et autres…etc
Alors c'est ce commerce inutile et polluant que je dénonce et qui n'est autre que la seule représentation de l'enrichissement des personnes qui dirigent ou récupèrent  les bénéfices de ces groupes multinationaux.

Ce qui me semble encore plus condamnable, est l'absence de réflexion sur un besoin réel. Oui, je sais et on se justifie en disant, "si ce n'est pas moi c'est un autre qui le fera" ou "comment font les autres". Ces affirmations sont vraies, mais si la LUCIDITÉ à plus grande échelle existait, ça ne serait peut-être plus pareil !
Cela changera certainement lorsque la crise aura rendu le superflu obsolète, mais il sera alors un peu tard pour changer…
Dans le procès de ce commerce, je veux aussi insister sur les marges éhontées qui ne sont plus la représentation d'un service rendu, mais un enrichissement certain au détriment des plus faibles ou de ceux qui représentent le travail.
Il faut encore distinguer les "très pauvres" et "les moyens", (ceux qui vivent simplement). Ce sont ces derniers qui sont les premiers touchés, car il ont quelques petites ressources qui enrichissent encore les plus riches. Les plus pauvres n'ont malheureusement plus rien à prendre ! (Pour les inquiets de ma philosophie, je ne suis affilié à aucun parti et je ne suis ni gauchiste ni "droitiste" mais seulement réaliste).

Sur le chapitre "finances", il faut je crois remettre les pendules à l'heure…Si j'ai quelques facilités de vivre à ce jour, je pense que ce n'est pas un hasard. Il est vrai que les parents ont la bonne habitude d'aider leurs enfants, mais ça n'explique pas tout.
J'ai dû emprunter pour acheter ma maison, car les sommes en cause sont si élevées que l'on ne peut les avoir à son entrée dans la vie active. Cela reste le plus gros achat des couples et à mon avis le seul qui mérite attention.
En effet j'ai toujours attendu, d'avoir les moyens pour acheter ce qui était nécessaire (voire parfois quelque peu inutile comme tout un chacun). Cette attente de la possibilité financière d'achat plus tôt que de recourir au crédit est la cause de ma "relative" aisance actuelle.
Ne soyons pas stupides comme nos amis Américains qui ont largement manqué de clairvoyance en croyant que le crédit allait tout résoudre…LE CRÉDIT SE PAYE, et c'est grâce à mon absence de crédit à la  consommation que je ne suis pas pris aux entournures à ce jour. Dans la grande majorité des cas, le coût est multiplié par un facteur important pouvant dépasser parfois 2 ou plus.
Dans cette vision vous payez donc deux fois les choses et ce n'est donc pas une réussite financière.
Je n'ai nullement honte de dire que j'ai débuté dans la vie avec un buffet, une table, 4 chaises, un lit et une armoire souple en plastique.

Le crédit est la denrée qui représente la catastrophe des subprimes aux US et qui est aussi le déshonneur d'un état qui a manqué de clairvoyance. On ne peut consommer en théorie que ce que l'on a gagné par son travail, avec l'exception faite d'un "toit" qui est la seule réelle nécessité impérieuse de l'homme.

Pour certains d'entre nous qui ne savent pas se gérer, il faut INTERDIRE LA PUBLICITÉ POUR LE CRÉDIT, et je pense que c'est certainement le SCANDALE LE PLUS CRIANT de notre société qui donne audience à ce qui cause la perte des plus faibles avec les conséquences indirectes pour les autres nations (subprimes).

Non le crédit n'est pas anodin et représente un fléau mondial.

Parlons bourse maintenant, on mesure bien aujourd'hui, que les économies mondiales sont étroitement liées. Les interactions sont évidentes et l'on constate déjà les conséquences sur le travail local.

Le mot est lâché : le TRAVAIL ! Le financement pour une progression toujours plus intense ne peut plus se réaliser. Les entreprises déposent le bilan par manque de liquidités, mais aussi par absence d'acheteurs qui ont compris à demi mot que les jours qui viennent risquent de ne pas être très favorables et qui bloquent par anticipation leurs achats. (Automobile par exemple avec 1 mois de chômage en décembre 2008 !)
Doit-on progresser, se développer ? Croissance ? Récession ? Je parlais dans un autre article de stagnation, on y reviendra plus après.

3 Le propre de l'homme et de la femme

L'homme est fait pour vivre sur terre et se multiplier. Le besoin de descendance est une réalité de toute vie terrestre. Je le constate, et il faut y réfléchir car j'ai toujours en mémoire les expériences sur les souris qui réduisent leur procréation en l'absence de nourriture suffisante.
L'homme, être intelligent, est capable de prendre en compte cet aspect, mais ne va pas jusqu'au bout de ses idées.
On constate que la démographie est galopante juste après les périodes de crise, mais que l'on oublie vite une crise (baby boum suivi des trente glorieuses…)

3.1 Nos différences

Pour en revenir sur le fond du paragraphe, je pense que l'homme et la femme sont différents dans leur manière de penser. Je le pense très sérieusement, mais je sais aussi que c'est vérifié par de multiples aspects, et cela est un autre domaine. On l'effleurera seulement pour ce qui nous intéresse.
L'homme reste le chasseur des temps préhistoriques avec une musculation plus forte que la femme et une manière de penser très directe, pratique et technique.
Contrairement, la femme est plus dans l'affectivité et reste la mère de l'enfant et du "ménage" avec toutes les notions attachées à cela. Elle reste dans ses gènes sur la finesse et l'aspect multitâches ainsi que dotée d'une mémoire associative prononcée.
La femme est habituellement celle qui fait les repas pour sa famille. Elle sait organiser et possède le "sixième sens" que n'a pas l'homme.
Pourtant ses desseins de mère l'entraînent vers la séduction et le bien être dont elle veut doter sa famille. N'étant pas habituellement très technique, elle est largement instinctive et ses besoins n'ont pas toujours la réflexion requise.

L'homme garde sous son aspect macho la technicité mais a du mal d'entrevoir et de maîtriser toutes les conséquences associées à ses actes.

La femme plus instinctive, peu rebutée par les tâches répétitives, fait souvent l'abstraction des conséquences, alors qu'elle a le pouvoir de réaliser efficacement un travail associé à leurs conséquences.

Si j'ai bien compris, la complémentarité est nécessaire…? Elle est même souhaitable pour consommer intelligemment en nuisant le moins possible à notre environnement !

3.2 Snobisme, parade et réussite

Ce chapitre est dédié tout autant à l'homme qu'à la femme. Ce désir de reconnaissance et de supériorité doit exister dans nos gènes depuis les temps immémoriaux, et de façon plus prononcée chez l'homme.

Rares sont les civilisations n'ayant jamais eu des éléments moteurs (des chefs !) qui dirigent les autres. Qu'ils soient reconnus ou non ne change pas du tout au tout le sujet qui nous concerne. En effet un manque de reconnaissance naturelle va entraîner la mise en évidence avec tous les moyens à disposition qui représentent une réussite sociale : voiture, train de vie, parade… (Ne manquez pas de vous divertir en lisant la BD "OBELIX et COMPAGNIE"... C'est tout à fait l'exemple à citer)

En ce sens combien n'ont jamais entendu dire : t'as vu les DUPONT ils ont acheté une nouvelle voiture…
Eh bien même si l'ancienne voiture fonctionnait encore très bien, (la voiture est avant tout faite pour emmener d'un point à un autre) elle sera changée souvent en pure perte pour "snober le voisin" ! Quel gâchis !
Oui, heureusement elle servira encore à une autre personne très certainement moins fortunée, mais cela aura créé la fabrication inutile d'une voiture et l'amputation des réserves mondiales de matières premières. Il y aura eu pourtant un effet non prévu initialement, de création de travail, disons inutile, mais pourtant bénéfique pour les autres.
Formulé autrement, faut-il des chefs pour nourrir les autres ? Question sans réponse car c'est un débat de société sans fin, c'est le débat de la démocratie. (Je ne referai pas le monde dans cet article).

LA VOITURE est un élément si important que je ne peux l'éviter… Il faut aussi considérer en conséquence les emplois liés à cette industrie. Un véhicule de moins représente quelques fractions d'emplois en moins !

Pour les autres activités, il en va de même pour L'HABILLEMENT qui est aussi une vitrine du snobisme et la marque de la différence par rapport au reste de la population. "Je suis le meilleur et le plus beau" !

Je crois qu'à ce niveau il y a beaucoup à attendre de la morale, et le charisme est une voie qui devrait largement être explorée dans l'enseignement, mais on en reparlera plus après.

On mesure combien tout ce système de consommation irraisonnée est fédérateur de travail, mais le plus souvent de travail non nécessaire et non vital. (Gaspillages d'énergie et de matières premières)
Le véritable enjeu des années à venir sera le TRAVAIL UTILE et non le travail qui cultive le snobisme et la différence et reste inutile à terme et mauvais pour la planète.
Il ne s'agit pas de morale mais de la sauvegarde du patrimoine mondial de matières premières. Notre planète brûle !

La réussite est un terme à mon sens un peu vague qui ne reflète pas la valeur originelle du mot. En effet je considère très simplement la réussite comme une satisfaction d'avoir pu réaliser pleinement sa Vie, avec un V majuscule qui sous-entend son développement personnel au sein du travail et de sa famille, et d'avoir pu donner à sa descendance des valeurs raisonnées d'amélioration de sa condition, mais aussi de charisme.
La réussite au sens politique social est certainement ce qui représente le "matuvisme" le plus criant et le plus méprisable. ("Une petite main dans le dos cher Monsieur ? …!")
En dehors de tout contexte religieux, je pense que le récent décès de Sœur Emmanuelle représente très bien la réussite d'une vie. Vie encensée par tous les politiques sur l'instant, et trahie dans la seconde suivante !

3.3 Goût du Changement

Il est évident que manger tous les jours des patates et de la salade finit par lasser les plus pugnaces. L'homme a aussi un besoin de changement dans tout ce qui l'entoure. Ce changement n'est pas obligatoirement la conséquence d'un acte commercial.
Combien de personnes (femmes) ne changent-elles pas de place leurs objets au gré des humeurs ?
Il faut y accéder pour la santé morale, mais rester dans le domaine du raisonnable, qui n'est pas l'inflation d'un souhait non vital.
Pour illustrer ce thème, un exemple simple l'illustrera :

Changer  un papier peint de 2 ou 3 années encore tout frais n'est peut être pas une nécessité. Bien entendu, cela appauvrit les ressources, mais si la santé morale est en jeu, il faut le faire tout de même. C'est une erreur initiale de jugement, et l'erreur reste humaine !

Là où cela devient une aberration, est le cas d'une disproportion évidente, là où la fin ne justifie plus les moyens. Ainsi changer d'un petit appartement en pleine ville pour une demeure luxueuse avec piscine à 30 kilomètres de son travail, peut être possible et acceptable si les salaires sont compatibles. Cela sera une erreur monumentale si les ressources sont insuffisantes.

En d'autres termes on peut traduire avoir les yeux plus gros que le ventre et peut-être plus à rapprocher du paragraphe précédent !

4 Le travail et la valeur ajoutée

Encore une direction très importante…Un travail doit par essence même procurer un bien, qu'il soit physique ou moral.
Un travail du type de la bourse n'est pas à mon sens quelque chose qui donne de la valeur et qui profite à un maximum de personnes.  C'est exactement l'inverse.
Je condamne sans façons un "pauvre mec" qui travaille chez lui avec 4 écrans et quelques ordinateurs, qui spécule sur des actions (seulement empruntées) et qui gagne en une journée des centaines de milliers d'Euros. Il ne produit aucun travail réel, et il est un VOLEUR, car c'est un détournement de fonds financiers, et je pense qu'à ce stade la moralité voudrait qu'il soit condamné. Ce n'est malheureusement pas le cas et il est fier de sa stratégie !

Tout dans la crise, qui aura des hauts et des bas, mais dont l'échéance ne saurait faire défaut à une crise permanente, implique qu'à un certain stade, seul le travail avec VALEUR AJOUTÉE aura "valeur". Ce sera résolument naturel et un acte de survie, car le monde aura faim de tout et l'inutile ou le superflu n'auront plus audience.

Il est souhaitable d'arriver à cette notion en douceur pour éviter des soubresauts toujours dangereux, car ils pourraient conduire vers des conflits armés.

Je préfère marteler cette notion de VALEUR AJOUTÉE, qui me semble essentielle, car elle conditionne beaucoup de choses.

Il est souhaitable que la richesse globale des populations de la terre se répartisse à peu près également pour la stabilité du monde. Cette richesse peut progresser, mais de façon inégale. Je m'explique !
Cette richesse n'est que le fruit principal de la valeur ajoutée. Oui, il y a des déviations, j'en suis certain, mais d'une façon générale les principaux gouvernements l'on bien compris puisqu'ils ont créé la taxe sur la VALEUR AJOUTEE ! Ne pourrait-on créer de taxe encore plus lourde sur la valeur NON ajoutée ?

Juste une parenthèse avant de développer dans un autre paragraphe ce sujet…La VALEUR ajoutée implique ce premier mot qui doit impérativement être vrai. Ce qui ne dure pas n'a pas de VALEUR !

5 Économies d'Énergie

Ces économies d'énergie sont nécessaires pour ne pas condamner la planète à mourir. Ces économies permettront d'éviter les rivalités entre Pays. Notre "pouvoir d'achat" va nécessairement baisser pour redonner aux plus pauvres. C'est une réalité qu'il ne faut pas se cacher, mais que nos élus n'osent pas annoncer par peur de mouvements de foule.
Cette phase de préparation, si elle est bien menée devrait éviter des crises graves, et je pense sans vouloir être alarmiste parler ouvertement de guerre. Il y a trop de gens qui n'ont rien à perdre et qui traversent les mers pour un hypothétique eldorado des pays riches.
Ces économies sont à l'échelle des nations et de tous. Les biaiseurs pour ne pas dire mieux seront invités à abandonner la débrouille, mais ce sera difficile.
Ce sera pourtant le prix, non garanti, d'un certain calme. De ces économies naîtra un emploi plus faible et une récession nécessaire et obligatoire associée au mieux à une stagnation de durée indéfinie.

5.1 Les transports

Notre façon de vivre va et devra évoluer largement. Pour preuve, la publicité faite aux "locavores". Les cercles de distribution vont se resserrer par la nécessité de réduire les transports qui vont coûter de plus en plus cher, et qui malheureusement sont à l'origine première du changement climatique.

Nous devrons consommer de préférence localement et suivant les règles ancestrales imposées par les saisons. Le sujet "bateau" des fraises achetées à Noël sera peut-être une possible utopie demain.

Les transports sont certainement le premier de tous les postes "énergie". A ce titre cela aura comme conséquence une réduction significative des choix de produits quels qu'ils soient. Les transporteurs vont nécessairement souffrir de l'ensemble de ces modifications...

Cette réduction de choix ira des légumes à la viande, en passant par les téléphones portables sophistiqués qui n'apportent rien de réellement positif par rapport à l'existant. Pour preuve, même Orange n'a pas pu connecter USB un de ses appareils pour un ami...Par chance j'ai pu le faire, mais c'est réellement complexe pour le profane et si vite oublié que ça devient presque inutile.

Nous devrons trouver nos plaisirs À DISTANCE et au moindre coût, et je pense à cet outil formidable qu'est Internet, quelque peu dévoyé, mais qui sera cependant le fer de lance de cette réduction des transports.

Les politiques maîtrisent le sujet "LOCAL" parfaitement, car ils ont tous cette fibre et cette culture (élective certainement) du local. Sur ce point si l'objet premier est parfaitement dénué d'altruisme, le résultat est tout à fait louable.
Pour l'exemple actuel, il me semble nécessaire de manger du mouton Français sans l'importer d'autres Pays. Nous savons faire cet élevage et nous en avons les ressources, alors il faut le faire !

Je crois qu'il ne faut jamais oublier que ce sont nos propres emplois qui sont en filigrane d'un produit FRANÇAIS. (Mais fabriqué en France)

Les transports en berne devraient favoriser la consommation locale et c'est une bonne chose pour tous les pays et les régions.

5.2 Économies d'énergie liées aux déplacements

Là aussi, les déplacements au sens de rejoindre son travail, seront nécessairement réduits, à cause du coût. (Le volet pollution n'est pas encore suffisamment réaliste au sens public)
Quelque soit le prix réel des carburants, ceux-ci seront toujours avec de fortes variations mais grimperont de façon vertigineuse lorsque les ressources s'épuiseront ou que les marchés financiers s'en empareront.
Il faudra se contenter pour beaucoup de personnes, des EMPLOIS LOCAUX disponibles et pas toujours bien adaptées au domaine d'études. Habiter loin de son lieu de travail portera un coût qui deviendra vite impossible à gérer pour les plus bas salaires.

Une partie du travail pourra être effectué à distance par le biais de l'informatique et d'Internet et cela soulagera le poste déplacement. INTERNET favorisera aussi les différentes rencontres et réunions qui se réalisaient habituellement "de visu".
Le déplacement restera cependant le maillon incontournable de l'installation d'un appareil ou d'une intervention.

Il y aura de plus en plus d'îlots importants permettant pour des distances plus réduites, d'obtenir un choix, certes moins diversifié, mais suffisant.

Il ne sera pas possible, du moins je le pense, d'avoir "le beurre et l'argent du beurre" !

5.3 Économies d'énergie à la maison

Ce paragraphe est orienté vers les ménages et les particuliers, pour que l'énergie ne soit plus GASPILLÉE, mais réellement utilisée à bon escient. Cela aura de multiples conséquences dont les principales seront d'éviter de créer des centrales nucléaires, de limiter les émissions de CO², de limiter aussi nos propres dépenses et de prendre conscience réelle de l'énergie et de son utilité incontournable.

5.3.1 Électricité en général

Au niveau électrique, on sait parfaitement si un appareil fonctionne ou non. Comme je l'ai déjà dit dans plusieurs articles, le problème des appareils en VEILLE est un faux problème dans plus de 90% des cas (avec quelques exceptions comme par exemple, les photocopieurs avec les rouleaux chjauffants). Bien entendu, la génération spontanée n'existe pas, tout le monde le sait. Ce qui est branché PEUT consommer !

Mais c'est là où il faut être lucide et non présentatrice (teur) météo pour savoir distinguer une hémorragie d'une égratignure.

Je suis scandalisé de voir des projets Européens pour luter contre la veille des appareils, alors que rien n'est fait au niveau des fabricants de chauffe eau pour que la température de livraison soit calibrée à sa plus faible valeur de sécurité sanitaire (vers 60 / 65°C). Aucune information ne filtre sur l'eau chaude, c'est scandaleux ! Une seule marque de chauffe eau est limité à 65° et représente un intérêt certain dans les économies d'énergie.

Je veux pour preuve la loi des quantités, car une ampoule d'éclairage traditionnelle a une puissance moyenne de 75 Watts et fonctionne en moyenne 4 Heures par jour (par exemple) soit 0.3 KWH. Un appareil Audio vidéo en veille a une puissance de 1 à 7 VA au maximum, mais sur une demi journée cela n'est plus négligeable. (Voir article N°12 énergie et puissance sur bricolsec). Pour 24 heures à 3 VA cela donne 0.072 KVAH (Kilo Volt Ampère Heure, ce qui est moins que 0.072 KWH cosinus phi oblige).
50 litres d'eau chaude à 65°C représentent une énergie largement supérieure (suivant la formule de l'article N°19 sur bricolsec "récupération des calories de la douche")

Formule de base : E(KWH)=0.00116*Volume(L)*DeltaT°(°C)

Soit pour une eau à 12°C devant atteindre 65°C et pour 50 litres 3.07 KWH !
Ces quelques exemples prouvent combien l'information est détournée de sons sens réaliste, si le mode veille est effectivement consommateur, il faut enlever la poutre qui est dans l'œil des présentatrices (teurs) météo et de nos politiques.
On trouve réellement n'importe quoi sur les consommations et des éléments tout à fait fantaisistes. Vous n'avez qu'à demander "répartition des consommations électriques" à GOOGLE et vous verrez les résultats…!
De plus aucun organisme ne comptabilise le chauffage et l'eau chaude (tiens l'eau chaude !) alors...

Les postes principaux à surveiller qui restent AUSSI les principaux dans toutes les énergies, sont en ordre décroissant et selon ma vision d'une moyenne nationale :

- Le chauffage (électrique ou autre)
- la production d'eau chaude pour la toilette et la cuisine et le lavage
- Le réfrigérateur et le congélateur
- La cuisinière électrique et/ou le four à pyrolyse.
- Lavage / Séchage du linge.
- Le lave-vaisselle
- PC, télé et chaîne HIFI
- éclairage
- Les petits appareils ménagers et divers, sèche cheveux, repassage
- Enfin en dernier lieu tout ce qui concerne la partie VEILLE des appareils.

Pour des économies financières cette fois, il y a lieu de préférer consommer dans les tarifs heures creuses (si on a souscrit à ce tarif), mais cela n'empêche pas de le faire en l'absence de souscription à ce tarif, car cela assure une meilleure RÉPARTITION nationale de l'énergie. (Cela aussi est citoyen)
C'est une économie au niveau national seulement (au niveau des investissements), car l'énergie consommée reste la même. Ce sera peut-être le seuil pour une centrale nucléaire en moins ?

Je voudrais simplement faire une remarque, car énergie électrique ou autre, ce n'est pas le véritable problème, c'est de l'énergie fossile à 85% au moins (nucléaire ou pétrole) donc il faut commencer à traiter les problèmes par le haut (l'hémorragie).

5.3.2 Chauffage / climatisation et isolation

On a vu que chauffage/climatisation (pompe à chaleur) représente le poste principal énergétique, du moins dans les régions nord de la France.
Pour minimiser le poste, une seule solution…ISOLER ! Seule l'isolation permet de substantielles économies, à commencer par les fenêtres qui sont le premier maillon de déperdition calorifique.
Viennent ensuite les murs, mais surtout de part le fait que la chaleur monte, l'isolation du TOIT ou des dalles.

La réduction des ponts thermiques par exemple dans les liaisons de maçonnerie entre les murs extérieurs et les murs de refend, les anciennes dalles à nu sur la tranche en façade…

Dans la réduction de la facture chauffage, il y a aussi le rendement des appareils qui intervient, et c'est un poste important. Chaudière de dernière génération, nettoyage des circuits de chauffe (désembouage) nettoyage des radiateurs et convecteurs etc…

Pour ceux qui ont choisi les pompes à chaleur, le nettoyage des échangeurs dont on parle peu, est aussi un élément important (rappelez vous votre radiateur de voiture…et le moteur qui chauffe parce que les calories ne peuvent s'évacuer) C'est le même principe à l'envers, c'est un échangeur !

En résumé rien que du bon sens et de l'entretien et l'on améliore sensiblement toutes choses.

Juste un mot sur l'aspect climatisation, qui est devenu d'un seul coup une obligation lors de la sécheresse de 2003…
Eh bien non, je ne partage pas du tout ce point de vue de la climatisation, car pour la grande majorité des bien-portants cela n'est pas nécessaire, et le retournement d'une pompe à chaleur en été pour faire du froid est un gâchis énergétique dont nous pourrions facilement nous passer.
Pour la santé ce n'est pas très bon, et aussi bien à la maison qu'en voiture !

Il faut citer aussi la fermeture des portes des pièces (utilisées ou non), car les calculs de température d'une maison sont réalisés en fonction des pièces, et ainsi quelques degrés d'écart sont autant de portes ouvertes à déperditions d'une pièce vers l'autre (toujours au détriment de la pièce la plus chaude et en réaction, on pousse le chauffage car on a froid !).

5.3.3 L'eau chaude

Ce poste est un point que je considère comme très important, car le confort fait que l'on ne met plus jamais ses mains sous l'eau froide, parce que c'est désagréable !
Ce fait est confirmé par l'absence de chiffres réels sur le sujet, puisque chauffage et eau chaude sont toujours exclus des répartitions de l'énergie consommée par les ménages.
Eh bien l'eau chaude est un gâchis important de calories et en plus d'eau potable. Cela reste vrai pour les calories perdues si l'on utilise une pompe de re-circulation, car l'écart de température entre le milieu ambiant et la tuyauterie d'Eau Chaude est important et se poursuit durant un long moment pour rester opérationnel. La recirculation devrait aussi poser quelques problèmes thermiques dans les chauffe eau, concerant l'interpénétration des couches d'eau à des températures différentes.

Cette eau chaude sert à tout, de la vaisselle à la douche et la toilette en général. D'ici quelques temps les machines à laver le linge et la vaisselle seront également raccordées à cette source d'eau chaude.

Il n'y a aucun miracle à attendre sur le matériel, qui est assez bien conçu en général, bien isolé, et maintenant chacun y fait attention par le biais des étiquettes énergie. Encore faut-il isoler soigneusement les tuyauteries d'eau chaude, et même l'eau froide contre le gel éventuel et surtout pour l'été, pour que l'eau au robinet reste froide et non tiède.

Un point extrêmement important à corriger est notre façon de faire et de réduire notre confort de l'eau chaude à sa plus simple expression. Des économiseurs de débit jouent également un rôle important tout aussi bien que pour l'eau.

Je veux citer deux articles, dont un que j'ai réalisé et qui est réellement efficace, qui concerne la récupération immédiate des calories des eaux usées de la douche (uniquement).La récupération des calories de chasse d'eau qui n'est pas totalement négligeable, reste tout de même plus hypothétique, et en tous cas à traiter en dernier. (Voir ces articles sur le blog bricolsec N°19, 20 et même 21)

Enfin préférer la douche au bain. Ne pas remplir à l'avance, ni à ras bord, l'évier pour la vaisselle sont également des principes simples et sans renoncements dramatiques (et avec peu de produit car la mousse ne nettoie pas !).

En rappel au fournisseurs de livrer des chauffe eau neufs calés à 65°C et non à 80° voire plus...

5.3.4 Les différentes machines à laver (le linge)

Je crois qu'il y a eu à ce niveau de réels progrès dans la conception de ces appareils qui ont le grand mérite de soulager la femme de ces tâches historiquement héritées. J'ai pourtant vu les lavandières à la fontaine taper le linge avec leurs "battes en bois"…C'était une époque …

Aujourd'hui les appareils en énergie "A" voire"A+" sont très répandus.
Là aussi, les habitudes sont tenaces, et on continue à laver à 90°C le blanc. Pour les durées des processus concernées et les nouvelles lessives, cela devient inutile et simplement énergivore. Les machines ont les programmes conçus pour 60°C à l'aide des nouvelles lessives "étudiées pour"…
A 60° durant le temps de lavage, les bactéries dangereuses sont majoritairement tuées et le nettoyage assuré par les lessives est tout à fait correct.
Alors il y a des économies d'énergie substantielles à réaliser.

Le séchage du linge est un point délicat car il fait appel à l'évaporation (qui produit du froid) et le plus avisé est effectivement de CHOISIR une machine ayant une VITESSE D'ESSORAGE élevée de 900 à 1000 tr/mn au moins. Le linge essoré à ces vitesses est seulement humide mais plus vraiment mouillé, et c'est autant d'énergie en moins à dépenser, car l'essorage est moins énergivore que le séchage, (même à condensation).

Un autre point associable à l'énergie est L'EAU qui est utilisée pour le lavage…Dans les années à venir, les machines à laver (le linge) pourront avoir jusqu'à trois entrées d'eau : Une entrée d'eau de récupération pour le lavage et/ou le prélavage et/ou une entrée d'eau chaude issue d'une production thermique annexe (solaire par exemple). Enfin, une entrée du réseau public en rinçage pour garder au linge qui peut être au contact direct de la peau, une qualité bactériologique meilleure que l'eau récupérée.
(Personnellement le lavage intégral à l'eau récupérée ne me semble pas souhaitable -à ce jour-)
Ces machines à entrées d'eaux multiples ne sont pas encore présentes dans la grande distribution (en France) et les vendeurs ne sont pas du tout informés ni formés, mais ça vient !

5.3.5 Les télévisions et les ordinateurs

Une règle de base générale est de dire : plus c'est rapide, plus ça consomme ! Rappelez vous votre voiture !
La deuxième règle surtout valable pour les téléviseurs à écran plat : plus ils sont gros plus ils consomment.

C'est presque pareil pour les ordinateurs ! La différence essentielle réside dans la miniaturisation à outrance avec la création de familles de circuits intégrés à ultra faible consommation.

Un ordinateur de type "compact de bureau" avec 8086 EPSON PSE30 datant d'il y a au moins 15 ans a une puissance de 74 Watts pour un courant apparent de 0.55A et un cos phi de 0.59. L'écran avec tube cathodique fait 43 Watts pour un courant apparent de 0.32 A et un cos phi de 0.64.

Un ordinateur actuel de type Tour Pentium 4 AVEC onduleur ET écran LCD et MODEM a une puissance de 93 Watts pour un courant apparent de 0.46 A et un cos phi de 0.89.

Un Notebook fait fait une puissance de 12 à 17 W cos phi 0.38 et en veille prolongée 2 W cos phi 0.13. Lors de la recharge de batterie la puissance atteint 37 W cos phi 0.49.

Les résultats sont donc à peu de choses près identiques avec des performances multipliées par des coefficients de plus de 1000 voire plus.

Ces appareils restent tout de même des consommateurs d'énergie moyens et assimilables en termes de puissance à des lampes d'éclairage traditionnelles à filament, car ils fonctionnent en général un nombre d'heures important par jour.

Les écrans LCD (d'ordinateur) de taille 14 à 17" permettent de réelles économies d'énergie puisque de tels appareils ont une puissance de 11 Watts pour un courant apparent de 0.09 A et un cos phi de 0.53. Symboliquement le rapport entre tube cathodique et LCD est de l'ordre de 4 pour des écrans 14 ou 17", mais cela n'est pas toujours le cas principalement avec les écrans de grandes dimensions.
Ce même appareil en veille a une puissance de 1 Watt environ.

Pour les télévisions, les écrans LCD sont généralement peu gourmands en énergie et de l'ordre de 40 à 60 Watts dont une part importante est nécessaire au rétro éclairage.

Pour les téléviseurs à plasma, ils sont l'apanage des grandes dimensions et leur puissance peut aller jusqu'à 800 ou 900 Watts pour les plus grands modèles ! Ce sont réellement des consommateurs importants d'énergie.
Ces modèles dans l'immédiat sont plus un faire paraître qu'une nécessité réelle….Pourtant je dois moduler ce propos avec la venue de la Haute Définition pour laquelle la taille des pixels ne peut pas descendre en dessous d'une certaine limite, ce qui fait qu'il n'y a pas de Haute définition à moins de diagonale d'écran égale ou supérieure à 82 centimètres... (Faut-il en période de crise la Haute Définition ?)
Je répondrai seulement que le luxe n'est peut-être pas une première nécessité, d'autant qu'il n'y a pas d'émissions à priori en HD à 1080 px, (Sauf peut-être C+) et que tous ces produits sont de l'importation à 99%.

Le seul artifice pour réduire sa consommation sur ce type d'appareil est de choisir des modèles de petites dimensions et de préférence à LCD. Comme tous les appareils, la durée de fonctionnement est le principal point d'action à viser.

Les chaînes HIFI, pour une grande majorité ont une puissance qui dépend largement de la puissance sonore fournie (vibrations mécaniques). Attention aux nouvelles chaînes "snobs" à tubes à vide (les anciennes lampes radio), elles sont gourmandes en énergie.
Toujours sur les chaînes HIFI, il y a lieu de préférer les modèles à étage de sortie symétrique fonctionnant en classe B ou AB en écartant tous les modèles en classe A (Symétriques ou non), qui ont un courant de repos important.

La coupure de tous ces appareils sur l'interrupteur physique (et non la mise en veille) fera certainement plaisir à ceux qui ne comprennent rien….mais l'économie restera microscopique !
En dernier point vous pouvez très bien écouter seulement la radio, car la télé, et surtout la simple TNT ça a failli marcher partout en France ! De plus cela vous permettra de travailler en musique ! Heureux ?

5.3.6 L'éclairage

Il faut donner une première indication concernant les différentes lampes.

Il y a les modèles traditionnels à filament qui sont de puissance moyenne entre 25 à 100 Watts pour les plus répandus. Ces modèles ne consomment que de l'énergie active et leurs cos phi est égal à 1. La durée de vie de ces lampes est généralement évaluée à 800 heures. (Attention aux modèles de type "phare" de 150 à 500 W qui sont hyper voraces)

Les nouveaux modèles dits "LBC" (lampes basse consommation) ne sont que la version améliorée du vieux tube "néon" (fluorescent) de 1.20 mètre. L'ancien tube a été replié autant de fois que nécessaire, et l'allumage automatisé avec de l'électronique. La self a été remplacée par de l'électronique également. Ces lampes consomment aussi de l'énergie réactive (gratuite pour le consommateur) cos phi de l'ordre de 0.85 (avec compensation). Cette énergie réactive est cependant un problème pour les distributeurs d'électricité. (Pertes en lignes et difficulté de créer de l'énergie réactive négative)
La durée de vie de ces lampes est théoriquement de 7 000 heures, mais des modèles peu fiables sont même commercialisés par des grandes marques, et la durée de vie effective est souvent une loterie !

Une troisième race fait également son apparition, et devrait percer dans les années qui viennent : ce sont les modèles à LED qui sont encore moins gourmands en énergie. (Voir mon article N° 33 sur ces lampes XANLITE sur le blog bricolsec)
La durée de vie de ces modèles (peu puissants pour l'instant) est de 50 000  heures !

Dans les considérations générales sur l'éclairage, il faut indiquer que le propre de l'éclairage est d'être utilisé JOURNELLEMENT. Il représenterait pour le pays 14% de la consommation électrique selon "demain la terre".
Cette utilisation est évaluée entre 5 à 6 heures journalières. C'est donc à la fois le nombre d'heures et l'aspect journalier qui sont les facteurs multiplicateurs importants. (Cela relativement à un appareil comme une machine à laver par exemple dont l'utilisation est plus hebdomadaire)

Les règles principales d'économies sont de changer les lampes à filament par des lampes LBC. Le coût en est plus important mais pour des équipements de qualité, l'économie est largement réalisée sur la durée de la lampe (à condition de trouver de bons produits !!! et ce n'est pas facile !).
La deuxième règle est toute simple et un enfant de deux ans le dirait…ETEINDRE quand on quitte une pièce.

Quelques bémols peuvent entraver le remplacement des lampes traditionnelles par des LBC qui sont : le temps d'allumage, le temps pour atteindre une température suffisante et donc de fournir une énergie lumineuse nominale. Enfin, et c'est beaucoup plus rare, la recherche d'un spectre de fréquences lumineuses particulier. Mais aussi et surtout des produits fiables ainsi qu'il a été dit !

5.3.7 Les appareils en veille

J'en ai déjà parlé plusieurs fois au gré des articles et de quelques paragraphes. Cette pseudo vérité télévisée est réelle mais totalement DISPROPORTIONNÉE par rapport à d'autres consommations plus importantes comme la réduction de température des pièces ou la limitation de l'eau chaude…

La télé s'est emparée du sujet en le gonflant de façon inadmissible, mais c'est la liberté de ceux qui ne connaissent pas grand' chose à la technique.

Il est certain qu'il faut couper à l'interrupteur général, mais il faut commencer par le plus urgent et colmater la plus grosse hémorragie avant de s'attaquer à l'égratignure !

5.3.8 Les contrôleurs d'énergie

Ces appareils ont fait l'objet d'un article N° 39 "OTAX et PAGET" sur le blog bricolsec. Il est recommandé d'utiliser le PAGET (car l'OTAX est réellement de médiocre qualité et a de moindres indications).

Le PAGET permet de mesurer l'énergie active (en KW), la consommation (en KWH) le temps de fonctionnement, le courant apparent en Ampères, le coût pour un tarif unique ou heures creuses. Il permet aussi de vérifier la tension et la fréquence du réseau électrique.
La fonction est donc de vous apprendre à repérer vos consommations. Vous serez surpris de voir le peu que consomme une machine à laver le linge récente et la consommation relativement importante d'un petit appareil tel qu'un onduleur pour l'ordinateur…

Ce contrôleur d'énergie est réellement très didactique et vous fera découvrir, outre les puissances de différents appareils, qu'il peut PARFOIS y avoir un courant (réactif) et une puissance nulle !

Il permet aussi de vérifier les indications légales des appareils, ainsi la puissance d'un four micro-ondes marquée 1000 W fait en réalité 1144 Watts ! Ce n'est pas dramatique mais significatif tout de même car c'est un peu plus de 10%. (Précision de mesure 3%)

On regrettera l'impossibilité pratique de contrôler de façon simple l'éclairage, car là, il faudrait intervenir pour le placer au tableau général, car ce n'est une seule lampe qu'il faut contrôler, mais le poste éclairage complet (mais c'est faisable uniquement pour les spécialistes seulement !) 

5.3.9 Les confusions

Dans tous ces sujets il y a toujours confusion entre puissance et consommation. Moi-même, assez féru en ce domaine, je fais parfois le mélange par inadvertance de la puissance et de la consommation, tout en connaissant pertinemment que la consommation ou énergie est LIÉE au TEMPS, ce qui n'est pas le cas d'une puissance (puisque par définition la puissance représente l'énergie par unité de temps et donc par seconde dans le système d'unités MKSA voir l'article N°12 sur bricolsec)

Si vous m'avez surpris en défaut sur ce point c'est bien involontaire. Ainsi, si vous voyez des WATTS des KILOWATTS ou des KILOWATTHEURES, vous pourrez peut-être faire le distinguo...

Dans les consommations en KWH on définit pour comble de confusion des valeurs journalières ou par mois ou par année, cela permet encore un peu mieux de masquer les "énergivoraces" et de noyer le poisson.
Alors il s'agit de la plus grande foire aux chiffres et il n'y a alors plus rien à comprendre, il faut savoir faire les règles de 3 !
Désolé c'est ainsi et je n'y peux rien, le commerce est le commerce, et le mieux est de regarder vous-même vos propres habitudes de consommation et leur répartition grâce aux petits contrôleurs d'énergie.

6 Recyclage des matériaux

La terre ne pourra plus fournir les besoins en matières premières et en énergie pour une humanité toujours plus nombreuse.
Bien que je vienne d'entendre d'un astronaute que la recherche spatiale pouvait permettre d'aller chercher ces matières premières…Alors que l'on critique actuellement les transports simplement terrestres, Monsieur l'astronaute, je pense que vous faites une petite erreur de jugement et que vous êtes à contre courant ! Au fait quel impact équivalent en camions par année représente un décollage de fusée ? Quel est l'impact en matières premières ?...Il est cependant réel que ça donne pas mal de travail !

La première formule nécessitant le moins d'énergie est le recyclage des matières premières ou de leur donner une deuxième vie voire plus. Un peu comme le papier qui se recycle presque indéfiniment, mais avec une perte de fibres à chaque opération… (C'est le rendement du recyclage)

Alors la première solution réellement non utopique est bien de récupérer tout ce qui peut l'être pour le faire évoluer vers un niveau égal ou supérieur de façonnage correspondant aux besoins du moment. C'est recycler ! Mais recycler demande aussi de l'énergie et c'est là un problème de plus !

6.1 Les années 1950-1960

L'euphorie d'après guerre ! J'ai choisi l'entreprise qui m'accueillerait pour mon premier travail tant la reconstruction d'un pays après une guerre nécessite de bras. Essayez donc de choisir aujourd'hui l'entreprise dans laquelle vous voulez travailler !!
Tout cela pour imager la profusion en toutes choses à cette époque.

Le pétrole, l'acier, la fonte, le début des matières plastiques, l'électronique et les premiers ordinateurs à lampes puis à transistors…

Nous étions moins nombreux sur terre à cette époque et c'était seulement l'envol de la technologie moderne. La terre a eu l'air de supporter facilement ce sursaut de demande en énergie et matières premières. Cependant, les conséquences de ces années sont certainement encore en train de se manifester à notre époque, car l'inertie de ces systèmes est de plusieurs dizaines d'années.

Ainsi on sait parfaitement que si l'on arrête le CO2 aujourd'hui, les phénomènes climatiques vont continuer durant de très nombreuses années.
L'inertie de la machine terrestre est importante, et de façon très imagée (mais assez réaliste je pense), PROPORTIONNELLE À SA MASSE

6.2 Le tri

Pour recycler les matériaux il y a lieu, non pas de tout mélanger au départ, car le travail est alors multiplié par le nombre d'habitants en quelque sorte et devient titanesque pour les équipes chargées de faire la séparation.
Il faut en effet, et c'est la seule possibilité, assurer un tri à la source. C'est-à-dire nous-mêmes ! Nous sommes la SOURCE !
C'est la raison pour laquelle les lieux appelés déchetteries sont fort mal nommés car c'est à nous d'aller porter ce que nous ne voulons plus pour être RECYCLÉ et éviter le plus possible les déchets.
Plus cette sélection sera fine, meilleures seront les possibilités de récupération/recyclage.
L'idéal serait de pouvoir regrouper toutes les bouteilles plastiques de marque XX et de type ZZ dans un seul container…C'est impossible car les déchetteries auraient la surface équivalente à toutes les usines de France et de Navarre !
Il y a donc un juste équilibre fonctionnel pour REGROUPER au moins par nature de matériaux. C'est moins précis car les compositions des produits sont différentes d'un fabricant à un autre, mais l'essentiel est préservé.

Voilà pourquoi je pense que le terme de déchetterie est un terme fort mal adapté et suscite de part sa terminologie qu'il s'agit de DÉCHETS ne pouvant plus servir.
Le terme Centre de Regroupement (de Matériaux) serait beaucoup plus adapté. Ce n'est pas je pense une facétie sémantique, mais bien un terme qui pourrait agir positivement sur le subconscient des jeunes (qui auront à gérer nos erreurs !)

Le tri est donc la seule voie possible pour valoriser les produits obsolètes ou périmés et permettre ainsi de préserver les ressources terrestres. Un terme ultime (et utopique) devrait permettre de récupérer la totalité de ce que nous rejetons.
Il faut aussi absolument noter que le tri permettra la diminution des déchets ultimes et de ce fait la pollution inhérente des sols et des nappes phréatiques.

6.3 Énergie liée au recyclage

Ce paragraphe est important, car des choix peuvent se poser quant au recyclage de certains matériaux. Si le recyclage consomme plus d'énergie que le processus d'extraction et création, faut-il aller dans cette voie ?
Je n'ai pas de réponse toute faite sur ce sujet, car il faut examiner la rareté du matériau et son facteur de pollution s'il est abandonné dans la nature en déchet.
On comprendra facilement que dans certains cas il y a lieu d'examiner attentivement et de faire un bilan très soigneux des avantages et inconvénients.
Je ne veux pas entrer directement dans cette discussion mais seulement poser des questions aux spécialistes…

Ainsi je parlais précédemment du recyclage du verre et de la réutilisation des bouteilles sans refondre le verre…J'ai été voir un peu ce qu'il y avait sur le sujet :
http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1182_recyclage_verre_besoin_soutien_consommateurs.php

Et dans les questions et réponses je ne peux que remarquer une question qui revient souvent, pourquoi ne pas réutiliser nos bouteilles sans les casser au lieu de les refondre à nouveau (perdre 10% de matière active au passage et gaspiller de l'énergie) ?
Je crois que c'est là, à la fois un problème de coût de remise en circuit (étiquettes, forme, nettoyage, contrôle…) mais aussi un problème d'un pan d'industrie verrière qui a intérêt financier à garder son activité.

Sur le fond, j'ai plus l'impression que le gain serait réel au niveau écologique (transport en voiture par le particulier au conteneur=CO². Transport du verre vidé des conteneurs à verre=CO², refonte du verre=énergie...)
Au niveau énergétique, le bilan énergétique me semblerait positif, car beaucoup de transports seraient éliminés. Seule une "manipulation" pour le nettoyage serait nécessaire, avec quelques rejets sur des produits douteux qui pourraient à ce stade être refondus pour décontamination ultime.
Il y aurait alors transfert de compétence de la fonderie de verre vers le nettoyage et l'inspection.
Un mot encore, à une certaine époque nous avions le "verre à étoile" qui était la bouteille commune à beaucoup de fabricants. (Photo en début d'article)
Depuis chacun au niveau commercial a mis "sa patte" pour créer un appel marketing plus fort …Encore le commerce éhonté !
Avant toutes choses, il faut absolument standardiser. A bas les petits intérêts partisans de filière, il en va de notre survie.
Pour le verre, il faut encore tout de même souligner que la refonte du verre récupéré reste un moindre mal à priori que l'entassement en décharge.

Il en va ainsi pour toutes choses, jusque dans les ordinateurs de maintenance, spécifiques à chaque constructeur automobile.
La STANDARDISATION est réellement une étape majeure du recyclage. IBM avait bien compris que la standardisation du PC à l'origine était une voie importante. Cela lui a été pourtant absolument néfaste, car tous se sont engagés dans la brèche !

6.4 Eau potable

Je défends l'eau potable par mon implication antérieure dans ce métier, et je crois que l'eau, la terre, le feu…sont des valeurs sûres qui pourraient être le logo de l'écologie. Je le pense réellement et en dehors de tout contexte "politico-écologico-dépendant" !

L'homme a besoin d'eau pour vivre, l'eau représente toute vie végétale et animale, l'eau constitue une grande part de notre corps, l'eau constitue aussi une grande partie de notre planète terre. Je crois qu'à ces titres, il y a lieu d'y prêter une attention toute particulière.

L'eau circule partout du haut vers le bas à l'état liquide et du bas en haut sous forme de vapeur. C'est le cycle de l'eau. Au gré de ses parcours dont la durée peut parfois s'exprimer en milliers d'années (eau fossile par exemple) elle va se charger des produits qu'elle va rencontrer.
Produits minéraux, chimiques, organiques, médicamenteux etc…Il y a lieu d'empêcher cette eau de se charger en sous produits créés par l'homme, car ils sont en majorité des polluants n'existant pas de façon naturelle. Ils sont dangereux pour la santé des êtres vivants.

Les dépôts d'ordures (enfouissement) et rejets divers sont les lieux d'échanges sur lesquels l'eau va se charger de polluants qui seront ensuite ingérés en début de chaîne alimentaire, puis finiront chez l'homme situé en fin de chaîne. (PCB et poissons du Rhône par exemple)
La durée entre le début de la chaîne et la fin peut être exprimée en jours ou en milliers d'années. Pollution liquide d'une nappe de captage (camion de fuel qui se renverse) jusqu'à la lente montée de la radioactivité des terres par infiltrations des zones alluvionnaires (Tricastin).
Il est important de considérer cette bombe à retardement de nos ordures pour l'eau potable. Cette bombe à retardement ne sera que rarement "explosive", c'est-à-dire ne fera pas 100 000 morts à un instant donné, mais va seulement modifier notre patrimoine génétique en le dégradant (cancers, et maladies diverses)

Ce mal est sournois et sera qualifié par beaucoup de peur induite par les "écolos". Sur ce sujet je reste très circonspect, car j'ai pu vérifier un jour que le plomb recherché dans les ressources pouvait être à l'état de traces (non mesurable), et puis j'ai eu l'idée de faire faire un prélèvement dans la rivière située à plusieurs centaines de mètres et chose curieuse, la norme était tout juste en dessous du seuil de 10µg  prévu pour 2013.
Cela peut signifier que la nappe alluviale a pu traiter une grande partie de ce polluant par un passage à faible vitesse sur ces sables et graviers d'alluvions.

Il y a lieu de protéger tous ces espaces qui sont directement liés à l'eau potable, et la meilleure protection est le contrôle de tous nos rejets.

Malheureusement les élus sont souvent plus sensibles à leur ego qu'à la santé de la population en général. "Du pain et des jeux" résumerait plus leur pensée que "santé des populations" !
Ces zones alluvionnaires sont fragiles et ont souvent été le siège d'extractions (et d'exactions). Elles sont également toutes convoitées pour l'aspect loisirs (nautisme). L'obligation faite aux extracteurs de granulats de remise en état est souvent scandaleuse. J'ai vu des arbres entiers passer au fond, et certainement que ce n'était que le moins grave comparé aux fûts et autres déchets qui traînent dans les sablières (fuites de liquides  hydrauliques contenant des HAP ou autres "bonnes choses" !

Ainsi le recyclage avec réduction des déchets favorisera largement une meilleure qualité des eaux potables.

6.5 Produits manufacturés

Voilà un autre chapitre qui concerne les différentes fabrications. Je ne peux m'empêcher de citer le dicton de quelques grandes chaînes de distribution : "consommer mieux". C'est pourtant une vérité mais j'ajouterai "consommer mieux et moins" serait beaucoup plus judicieux.
En premier lieu cette affirmation est critiquable, car le premier mot invite sans ambiguïté à consommer ! Pourquoi j'achèterais une chaîne HIFI si je ne suis pas adepte de musique ?
Cette première affirmation pose aussi le mot "mieux" qui est le désir inconscient de tout un chacun.
Cette remarque un peu hors sujet du paragraphe lui est cependant liée par la manufacture des biens et cela n'était qu'une remarque sur le sujet réel…

Il y a des produits qui sont réellement, excusez moi le terme grossier, mais il n'y a pas d'autres mots, de véritables "merdes". Il n'est même parfois pas possible d'utiliser une seule fois certains produits. J'ai vu des limes et des forêts en fer doux ! Même à 1 € c'est encore trop cher. (N'oubliez pas non plus qu'avant l'EURO, c'était tout à 1 FRANC) On s'est fait berner une fois de plus par les commerçants dans le rapport 6.55957 !

D'accord, les grands de la distribution sont (en général) assez fair-play et échangent ou remboursent sans trop de problèmes les produits défectueux. Ce n'est pourtant pas anodin, car ces échanges sont le siège de consommations d'énergie pour rectifier le problème (déplacements=CO², énervements, gestion des rebuts et parfois retour au fabricant).
Ces échanges se soldent très souvent par une destruction et une mise en décharge sans retour au fournisseur dont la mention de provenance "made in China" n'est parfois même plus indiqué, de peur d'être indexé d'office !

Ces problèmes de produits mal conçus pour certains, et encore plus mal fabriqués pour une grande partie sont  littéralement SCANDALEUX. Les importateurs peu scrupuleux sont les premiers responsables de ces aberrations.

Pour préserver notre planète, ces produits ne devraient pas exister, et leur donner du crédit est néfaste. Il y a lieu de citer les mauvais produits, et je le fais pour que la leçon soit de plus en plus retenue.
Je n'en veux pas spécialement à la Chine mais aux seuls produits qu'elle fabrique mal. Un bon boycott permettrait certainement une meilleure qualité future. Il est vrai que les milliards de Chinois ont besoin de vivre aussi, mais là il y a d'autres possibilités dont on parlera dans quelques paragraphes…

Ce qui est criminel est de laisser des toxiques dans des produits (plomb dans les peintures, dessicants …etc), voir des appareils qui peuvent prendre feu (guirlandes de Noël par exemple).

La majeure partie de ces produits terminent leur vie chez l'importateur qui a déjà sa marge sur ce qui est vendu et va donc sacrifier le reste de produits hors service ou invendus sur l'autel de la décharge et/ou du recyclage.

C'est tout de même un gaspillage énorme en énergie pour des produits qui n'ont même pas servi une seule fois ! Je ne peux que rapprocher cela de la méthode qualité de Philip CROSBY qui indiquait qu'au terme, le plus petit défaut entraînait des coûts largement supérieurs pour sa rectification chez le concessionnaire ou le client.
Il prônait de toujours mesurer et donc de vérifier la qualité d'un produit, ce qu'aucun distributeur ni exportateur ne réalise. Ce noble américain était-il un anti-visionnaire ? Je ne le pense pas, il était simplement financièrement clairvoyant, et peut-être écologiquement visionnaire ?

7 Les pièces détachées et la réparation

Ce sujet criant vient de faire récemment l'objet d'une émission télé pour indiquer la main mise des fabricants d'automobiles sur ce sujet qui est une ressource financière sans pareil.
De plus toute réparation passe maintenant obligatoirement par leur réseau à cause de la complexité engendrée par l'électronique et l'informatique embarquées.

Les voitures illustrent bien ce sujet brûlant, car financièrement catastrophique et honteux.
Dans de nombreux cas, il serait possible de réparer à moindre coût un véhicule si les pièces détachées n'étaient pas si chères. Je veux bien admettre que la gestion et le stockage ont un coût, mais cela n'explique pas tout.
Si les grands patrons Français respectifs n'ont pas souhaité répondre sur ce sujet, c'est bien que ce sujet est particulièrement sensible et vraisemblablement plus scandaleux que charismatique !

Quels sont les impacts du coût exorbitant des pièces détachées en général ? Le premier est le remplacement non nécessaire d'un appareil COMPLET en panne, car le coût de la réparation serait supérieur ou disproportionné par rapport à un appareil neuf. (Oui, je sais il y a aussi le coût de la main-d'œuvre !)
Cela entraîne une destruction ou un recyclage suivant l'équipement en cause et c'est une perte d'énergie de fabrication et une perte ou une dégradation de matière première.
En ces jours où la terre commence à ressentir le poids des hommes, c'est tout de même grave.

Le deuxième aspect qui lui est positif, va procurer une vie plus facile à une petite population, à cause du travail engendré par la fabrication d'un nouveau produit.

Tout le problème consiste alors à réaliser un savant équilibre pour que le travail ET la planète soient conciliables.
Je pense dès maintenant que le terme développement (même durable) devra figurer au musée des impossibilités, mais on aura l'occasion d'y revenir.

La réparation des différents matériels est génératrice d'économies et de mieux vivre, mais donne moins de travail dans les usines de fabrication. Il devrait être possible de concilier l'évolution des métiers vers ce secteur de la réparation qui fera perdurer les produits et protégera à la fois les ressources et limitera les énergies utilisées.
Pour cela le consommateur devra donner l'exemple et les fabricants devront écouter leurs clients…Êtes vous prêts ?

Ce paragraphe représente également le cas de quelques produits qui sont vendus sans bénéfice (voire à perte) pour assurer la main mise sur la maintenance. (Je pense aux ascenseurs). Attention aux futurs véhicules pas chers et à leur maintenance si la mainmise perdure !

8 La nécessaire évolution

Les mentalités devront évoluer vers un peu plus de commisération d'une façon générale. Le voisin dans la "panade" devra être aidé pour le bien de la planète. On rejoint dans cette vision quelques principes des religions du monde. Quelques directions d'évolution sont indiquées ici, mais pas plus que l'ensemble de cet article n'est une référence exhaustive, il devrait secouer un tout petit peu les consciences.
Si c'est le cas je n'aurai pas passé du temps pour rien !  Si ce n'est pas le cas, alors il y a eu de l'énergie perdue en pure perte !

8.1 La formation et l'École

Tout commence lors de notre apprentissage de vie d'homme avec pour maîtres nos parents et nos formateurs scolaires et universitaires.
Les valeurs de charisme et de morale devront obligatoirement se dégager des personnes chargées d'éduquer nos enfants.
J'ai des doutes sur les enseignants qui jettent par la fenêtre leurs "clopes" ou l'emballage de barre nutritive en pleine montagne. (Tiens c'est justement la grève aujourd'hui...20/11/2008, je crois qu'ils n'ont pas compris que lors d'une crise on devrait être solidaires, ils ont pourtant la sécurité de l'emploi -pour les titulaires-.)

J'ai aussi des doutes sur les phénomènes de groupes qui incitent au mépris de l'autre et à un individualisme plus féroce que celui d'une personne seule.
Le corporatisme est un piège dont il faut sortir pour le bien de tous (Enseignants, La POSTE, EDF, SNCF…Tiens au fait, ils sont tous de la fonction publique ou pseudo-publique !…)
Vous voyez que je vous attaque parce que je ne suis pas de votre bord…C'est le corporatisme !

Une petite anecdote..."Les vieux" essayent d'entretenir la "mécanique humaine" en faisant un peu de sport, ça devient un phénomène connu. En ce sens je le fais aussi, et j'ai un jour été surpris de l'attitude d'un randonneur en groupe qui n'a pas hésité à bousculer un membre de ma famille (déjà arrêté et desserré pour laisser passer le plus grand nombre) sur un chemin étroit en pleine montagne. De faibles excuses très distantes ont seulement été marmonnées…!
Voilà le genre d'attitudes engendrées par les phénomènes de groupes. Cela se retrouve d'ailleurs au plus haut niveau avec les nations, qui si elles s'entendent en apparence ne se font pas de réels cadeaux.

Alors pour combattre cela, il y a la formation et l'École. (Je ne ferai pas référence aux religions, car l'interprétation en est beaucoup trop délicate et je ne saurais le faire).

L'École (Primaire et Lycée) est le lieu où l'on apprendra aux enfants ce qu'est la fertilité humaine et pourquoi celle-ci devra être maîtrisée. (Ce sera l'objet principal du paragraphe suivant)

On leur apprendra aussi les langues étrangères, ce qui facilitera la compréhension de "l'autre". Le Français est-il une langue étrangère par rapport au langage SMS ? J'en ai l'impression car il n'est même plus maîtrisé, or c'est tout de même notre moyen de communication entre hommes et femmes de France...
L'école devra enseigner les valeurs de l'homme et de son environnement (en parallèle avec les parents), qui malheureusement ont plutôt l'air d'abandonner leurs responsabilités (ou n'ont plus le temps de les assumer ?).
L'École a une tâche énorme, mais semble beaucoup plus soucieuse aujourd'hui de son devenir en nombre d'heures d'enseignement que de diffuser une pensée philosophique pourtant très pragmatique. L'École ne cesse de se réformer pour être de moins en moins efficace. On peut se poser des questions sur les programmes éducatifs en voyant Internet et plusieurs fautes d'orthographe par LIGNE.

Embrigader les enfants dans des pensées futiles et inutiles n'est pas une vocation. Montrer les valeurs de l'effort intelligent et salvateur n'est pas souvent indiqué. A mon époque il y avait les leçons de morale, et d'instruction civique. C'est peut-être pour cela que je vois les choses d'un œil plus critique vis-à-vis des responsables des programmes d'enseignement n'est-ce pas Xavier (et ses prédécesseurs) ?
Le nombre d'heures de grève de certaines catégories est impressionnant. Les enseignants ne sont pas les maîtres à penser de leurs semblables. Je ne pense pas que ce soit ainsi que l'on ira vers le progrès, la connaissance et la sauvegarde la planète.
La formation est la clef de voûte de cette sauvegarde. J'ai de bons amis dans le milieu, et je pense qu'ils ne m'en voudront pas, car ils n'ont pas cette vision étriquée.

8.2 La démographie et les nations

La terre se meurt (c'est le refrain !) Nous sommes déjà très nombreux sur terre et cela ne va pas dans la diminution. Cette évolution est inquiétante, et il sera nécessaire que la population mondiale puisse au moins se stabiliser voire se réduire et surtout ne plus progresser.
Progresser est une inflation, mais à la base des économies occidentales. La crise financière mondiale actuelle n'est-elle pas le reflet que l'on a compris que l'on ne peut pas payer "avec ses poils de jambes" le travail des autres ? Je le vois très sincèrement ainsi.
La démographie est une notion étroitement liée aux religions, mais elle doit être revue d'une façon plus pratique pour que chaque homme puisse avoir une descendance, mais moins nombreuse qui permettra au reste des hommes de vivre mieux.
Cette restriction démographique posera également le problème de la polygamie !

La fertilité de l'homme et de la femme doit être enseignée aux jeunes et des garde-fous largement positionnés. Ces entendements doivent être expliqués d'un point de vue de la morale, des religions mais aussi de la qualité de la vie.
Il n'est plus possible de laisser des jeunes filles enceintes dès 12 ou 13 ans et les enfants du tiers monde ramasser les déchets les plus polluants sans rien faire. Il n'est plus possible de laisser les plus pauvres sans aucune ressource mettre au monde des enfants qui seront abandonnés ou vendus faute de pouvoir les élever.
Bien entendu cela coûtera aux pays riches et la richesse va fondre au soleil….

Les pays industrialisés ont déjà largement dépassé leurs quotes-parts de matières premières et d'énergie. Il est nécessaire aujourd'hui, que l'on se tourne vers les plus pauvres d'entre nous puis vers les Pays en voie de développement, pour les aider à progresser et que les flux migratoires se réduisent.
Chacun devrait pouvoir vivre sur son territoire sans aller chercher un très hypothétique bonheur loin de son pays. Cela passe par l'éducation comme précédemment indiqué.

Pour ce faire, et hors de tout contexte moral, philosophique ou religieux, il faut arrêter de procréer de façon irraisonnée. Ce désir d'enfants ancré dans nos gènes peut être raisonnablement satisfait dans une mesure moins dévorante. Les hommes et les femmes doivent connaître parfaitement leur sexualité pour la maîtriser.

Que dire au niveau d'une nation ayant quelques milliards d'individus ? Certainement qu'elle n'a pas su (ou pas voulu) faire ce qu'elle avait à faire pour permettre à tous ses habitants d'avoir une vie décente. (Arrière pensée de chair à canon ?)
Les dirigeants des nations connaissent parfaitement les ressources dont ils disposent pour faire vivre correctement leur population. Ils doivent inciter et surtout donner les moyens de maîtriser la démographie de leur pays.
Le sujet dépasse largement ce simple paragraphe, mais il possède les gènes qui peuvent conduire vers des conflits armés !

8.3 Évolution de l'âge moyen de vie

Dans les Pays développés, l'espérance de vie augmenterait…Je n'en suis pourtant pas si sûr, car de nombreux facteurs ne me semblent pas avoir été pris en compte, et principalement les interactions dues aux faibles doses chroniques de polluants ainsi qu'aux mélanges de différents polluants et/ou médicaments.

Je considère donc avec beaucoup de prudence cette affirmation, car si à ce jour, cette espérance a toujours progressé, elle ne tient pas compte des nombreuses interactions non avouées (exemple des conséquences des fuites radioactives de Tchernobyl, du Tricastin, des personnes contaminées par l'amiante dans des lieux publics comme la fac de Jussieu ou autres désastres non avoués par les politiques.
Intégrer dans l'espérance de vie les mutations dues à l'atrazine et les nouveaux cancers dus à la radioactivité concentrée dans certains aliments.

Comment ne pas penser aux cancers colorectaux, du col de l'utérus et du sein, alors que tout le monde sait qu'ils progressent.
Bien naturellement la médecine trouve des parades à ces nouveautés, mais est-ce bien raisonnable de dire que l'espérance de vie sera ENCORE augmentée en 20XX ?  Si la médecine fait des prouesses, elle finit aussi par créer ses propres malheurs (maladies nosocomiales et trafic d'organes humains par exemple).

Je crois qu'il faut garder une prudente réserve sur ce sujet qui peut basculer ou se révéler en un temps très court. L'âge moyen peut concerner seulement des populations particulières et non l'ensemble des hommes de la terre.
Au final il faut reconnaître que nous sommes assis sur quelques milliers de bombes atomiques et le Tricastin est un bel exemple de l'incapacité à tout maîtriser.

Sur cette augmentation de l'age de vie, nous n'avons qu'une vision parcellaire trop souvent masquée par la rhétorique politique. Notre pouvoir en la matière reste à revenir aux valeurs connues en espérant ne pas transmettre de tares à notre descendance…

8.4 Les moyens nouveaux avec Internet

La crise devrait favoriser l'émergence des moyens liés à Internet. Cette modification des habitudes est nécessaire car elle est génératrice d'économies de transports, de simplicité de paiement. Il ne faut pas perdre de vue que chaque simplification effectue aussi la simplification des métiers "accrochés".
Je prends l'exemple de la monnaie numérique style "Monéo" par exemple…A terme, les métiers présents aux ateliers de la monnaie pourrait disparaître. Disparition au profit de nouveaux métiers liés à l'informatique et aux réseaux.

De même les avionneurs qui transportent des personnes pour des rendez-vous internationaux pourraient voir leur métier se réduire très sensiblement, d'autant que générateurs de très lourdes pollutions atmosphériques.
Les réunions par Internet sont tout à fait possibles et permettent de voir ses interlocuteurs et diffusent effectivement les visages des personnes, qui sont dans les faits, porteurs des messages de non-dits qui ne peuvent être véhiculés que par la vision.

Internet permettrait de très grosses économies dans les transports liés à ces réunions. Cela a déjà commencé en 1985 avec les premières téléconférences, puis a été un peu oublié. Cela reviendra de façon obligatoire tant les coûts du transports pourraient flamber.
Le flambage des coûts de transport, s'il n'est pas actuellement présent pour la cause artificielle de crise financière, ne manquera pas de réapparaître prochainement….

Les boucles à très haut débit sont certainement parfaitement adaptées à des conférences avec images de grande qualité. Et cela dans son fauteuil de bureau ! Quoi de mieux ?

Internet diffuse déjà la télévision, et pourrait très bien diffuser d'autres loisirs tels que du théâtre ou des concerts, voire des jeux qui existent déjà d'ailleurs. Je suis persuadé que c'est déjà le cas à une échelle restreinte cependant.

8.5 Une modification de nos habitudes

Le monde est en crise, et face à cela, il y a lieu de prévoir que des changements importants vont modifier nos habitudes de vie.
Le travail cessera d'être une denrée acquise et il faudra accepter de changer de secteur pour retrouver quelque chose. En ce sens le déclin des Syndicats ouvriers est réel. Je ne dis pas qu'il n'a pas été utile pour partie, il n'a plus lieu d'être dans sa forme contestataire actuelle.

Le logement devrait par nécessité être proche du lieu de travail. On pourrait retrouver des structures telles que les cristalleries de BACCARAT où tous les ouvriers habitaient autour de la cristallerie.

Les loisirs, car il en faudra toujours, constituent notre équilibre, et pourront provenir d'Internet pour une bonne part, comme déjà indiqué.

Nous mangerons certainement beaucoup de productions cultivées localement, au lieu de les importer à grands frais et avec force pollution par avion.

Enfin il est aussi difficile de réfléchir à ce que pourrait être la fin de vie dans les années qui viennent puisque l'âge de la retraite semble vouloir être repoussé. Je n'y suis pas opposé au contraire dans la mesure des possibilités de chacun, mais très certainement plus avec la connotation de "sage" à consulter que comme élément hyper dynamique.
Notre vitesse d'exécution de "sage" est tout de même moins rapide, il faut le reconnaître, mais en revanche nos facultés d'intégration des problèmes sont plus grandes, de même que si nous sommes heureux dans le travail, notre adhésion sera sans faille. Alors c'est vrai que les "jeunes vieux" ont une utilité.
Mais les jeunes ont la fougue et la puissance de travail ! Chacun a son point fort !

8.6 Le favoritisme local

Ayant dirigé une entité publique, j'ai pu largement apprécier combien les élus sont toujours prêts à favoriser les entreprises locales.
Sur le fond "le" politique défend son secteur, et par son influence permet l'attribution d'avantages au profit du secteur qu'il représente. C'est une partie d'un système qui est ainsi, (et reste un élément de démocratie) et c'est cohérent, bien que cela n'apparaisse pas évident au premier abord.

Vous qui avez votre famille vous la protégez et vous essayez de lui procurer les meilleures conditions de vie ? Oui ? Ce réflexe me semble bon.
Le travail local va en tous cas dans le sens de la limitation des transports.
En deux mots, pourquoi aller chercher ailleurs ce que l'on a sous la main ?
La réponse est simple, ce n'est qu'une question d'argent, car celui qui a un monopole tente toujours d'en profiter un maximum.

Pourquoi le monopole des élus est-il partagé ? La réponse au paragraphe suivant !

8.7 Démocratie ? Ou autre système ?

La démocratie est le système opposé à une gouvernance unique (souveraineté, régimes militaires autocratie ou prépondérance…). Sans rentrer dans les définitions (voir WIKIPEDIA), ce système des sociétés organisées, parait être celui qui a apporté le meilleur développement pour le minimum de désagréments individuels.

Ce principe qui repose sur des règles ne dispose pas véritablement dans sa charpente de la notion de morale, et donc de la notion de bien et de mal. Certaines démocraties font référence à des religions d'autres à la neutralité religieuse.
Il me semble aujourd'hui que ce soit une lacune, et même LA lacune qui a conduit à cette crise. Le seul élément de PRINCIPE des démocraties qui irait dans le sens du bien et du mal, serait la "fraternité". Mais la fraternité représente-t-elle une RÉELLE image de SOLIDARITÉ entre les Français ? C'est loin d'être sûr !
En effet il y a la fraternité décidée par les aides d'état (droit au logement opposable par exemple), mais il y a la fraternité réelle de vous, de moi, et le respect de l'autre. Celle-la n'est pas présente ni représentée.

Cependant le système démocratique est celui qui régule le mieux la prédominance individuelle et les enrichissements personnels, tout en ayant une voie de progrès indéniable à son actif.
Il a cependant à mon sens le grand désavantage de ne pas réellement peser son impact de rouleau compresseur aveugle, et de conduire à un individualisme exacerbé et à un manque de civisme évident encouragé par un collège d'élus toujours plus soucieux de son  image de marque que d'investissement effectif et de réflexion.

Je pense que sur ce sujet il y a lieu d'introduire ces notions de morale et d'humanité même si parfois la règle peut être un peu bousculée.

Je veux prendre pour seul exemple qu'une personne flashée avec un numéro minéralogique volé et une autre hospitalisée détenant le véritable numéro, est tout de même obligée de payer l'amende AVANT de pouvoir discuter. Elle est là l'humanité !

8.8 Réserver l'énergie aux tâches lourdes et pénibles

L'énergie doit commencer à être économisée dès aujourd'hui, car il en va de la planète. Ce n'est pas seulement en France, mais encore beaucoup plus aux États-unis ou en Chine et partout dans le monde.
L'énergie doit être réservée aux tâches difficiles et pénibles. Nous devons revenir à une plus juste dissipation énergétique, qui ne soit ni une débauche de KWH ou de litres au 100, ni le retour à l'âge de pierre.

Nos amis Américains qui ont la liberté de la liberté devront cependant réfléchir quand la machine climatique aura un comportement totalement anarchique et dangereux. Ils ont d'ailleurs de quoi méditer sur les tempêtes et cyclones qui les accablent. A voir avec la ligne de conduite du nouveau président…

Il sera nécessaire dans tous les pays riches de réduire de façon drastique les émissions de CO² des grosses cylindrées, des hummers et autres gros consommateurs, pour ne garder que de petites voitures juste nécessaires au déplacement dans un confort limité.

L'énergie devra être consacrée majoritairement aux tâches pénibles pour lesquelles la force de l'homme n'est pas adaptée tant elle est faible devant la tâche (construire un barrage par exemple)

Pour illustration, il sera nécessaire d'arrêter les IMBÉCILLITÉS comme des QUADS pour enfants, car c'est faire preuve d'une réelle insouciance et d'un mépris évident de ses semblables. Le quad en général est d'ailleurs à bannir en tant que sport (et tous les "sports" mécaniques). Cela sera-t-il possible sans de profonds changements ? C'est moins sûr et là aussi j'ai quelques doutes !
Mes doutes sont cependant modérés par des attitudes positives qui se révèlent parfois avec les pilotes de 4X4 qui friment en ville mais qui se font montrer du doigt par les plus humbles. C'est réconfortant dans l'esprit énergétique, mais un peu moins pour le frimeur ! (Il est certain que le 4X4 a de réels domaines d'utilisations, mais que ce n'est certainement pas dans la ville !)

8.9 Utiliser jusqu'à la corde les matériels (et pouvoir le faire)

Pour évoluer dans le bons sens, il sera nécessaire de revoir tout ce qui représente un gâchis. Les matériels opérationnels ou non, ont utilisé de l'énergie pour être ce qu'ils sont. Ils ont aussi mobilisé des ressources diverses pour être réalisés.
Ces matériels doivent rendre le maximum de service pendant le maximum de temps ! Cela représentera une économie d'énergie et de matières premières.
Imaginez donc devoir réaliser vous-même le travail pour un produit…Il est certain que vous ne souhaiteriez pas recommencer dès le lendemain !

Il est évident que l'on ne peut pas présenter à la télé ce qu'il faut faire pour que le vieux fer à repasser dure plus longtemps (ou autre matériel), parce qu'il fonctionne encore un peu, mais qu'il n'est plus au top. Cela impliquerait naturellement de passer pour ringard voire radin et de plus cela serait mauvais pour le travail et l'emploi.

Garder de vieux matériels implique le dilemme de la conception de ces mêmes matériels : conception pour durer ou au moindre coût ? Actuellement la tendance est au tout jetable mais on en reviendra obligatoirement.
Je pense que le monde par la pression populaire devrait plus s'orienter vers le DURABLE que le renouvellement rapide. Une certaine forme de radinerie n'est pas à dédaigner pour la santé physique de la planète. Ce sera l'inverse pour la santé morale des habitants par le truchement de l'emploi en berne !

User les matériels ou produits représentera un grand défi principalement pour les familles, pour faire durer les appareils, car cela ne flattera pas les ego et l'emploi en souffrira. Il y aura des équilibres à trouver ainsi que des mutations de métiers vers la maintenance/réparation et le recyclage.

9 Développement Récession ou stagnation ?

La France va donc passer en récession pour 2009, comme beaucoup d'autres pays Européens. Ce n'est pas bon pour l'emploi, mais c'est très bon pour la planète, car tout un chacun va faire de plus en plus attention à ses dépenses ainsi qu'au gaspillage.
La récession est le début de la sagesse. Quand viendra la stagnation, il sera nécessaire d'être très vigilant car il y aura encore le développement sous-jacent. "Le Pendule ne sait pas s'arrêter hormis à droite ou à gauche, mais jamais au centre (sauf au bout d'un certain temps)...

Ce qui serait bon pour la planète serait que l'on reste en stagnation, mais c'est quasiment irréalisable, car l'emploi serait trop restreint, et les gouvernements veulent développer leur pays.

Je reprends l'exemple des souris…si ce modèle ne se réalise pas, prochainement, il y aura du souci à se faire dans les 30 prochaines années.

Si développement il y a, celui-ci ne devrait PAS se réaliser en vue d'une amélioration de la condition de l'homme (des pays riches). Ce développement ne pourrait se réaliser que pour assurer la survie de la terre et des hommes et de l'amélioration de la condition des pays en voie de développement.

La richesse des Français devrait normalement stagner, mais le savoir faire et les études environnementales  devraient progresser pour réduire les problèmes de pollution et de récupération des ordures et matériels, mais je pense aussi et surtout aux États Unis...

Ceci représente tout de même un développement, disons développement ciblé pour certains pans d'industrie, mais la richesse devrait stagner. (Cette "pilule" sera difficile à avaler dans le contexte du non dit)

Pour les États-unis, ils devront apprendre à vivre dans une richesse APPARENTE moindre. En effet je considère maintenant ce grand Pays comme étant exsangue, du fait qu'il a tout, y compris le superflu mais il est couvert de dettes, et que ce "tout" va être vilipendé sur l'autel des subprimes pour enrichir encore les plus riches.
Le problème reste donc entier sur ce point, car hormis une réduction de dette (déjà partiellement payée par les autres pays), ils ne devraient pas se redresser rapidement.
Je vais cependant moduler ma dernière affirmation car je crois que c'est avant tout une question d'échelle, car si ce Pays reste debout, il a tout de même de la richesse, mais les disparités sont énormes. Il n'y a plus que des riches et des très pauvres (en exagérant un peu).
Les riches, comme partout, ne sont pas prêts à payer pour les pauvres…
Sur ce point, il faudra attendre le futur Président pour voir la direction qui sera prise !!! (Je n'y vois pas bien clair à ce sujet, même si l'Amérique sait toujours se mobiliser !)

Ce jour 25/11/2008, Le futur Président des US prépare un plan de relance gigantesque, mais cela n'est pas à mons sens une très bonne chose. En effet le pendule risque de retourner fortement du côté opposé et aura du mal à se stabiliser. La seule réponse à la crise est la modération dans tous domaines.
Cela est également totalement vrai pour l'Europe qui veut relancer l'automobile...

D'entendre cela me donne réellement à penser que l'on est pas capable de prendre des décisions intelligentes. Oui il faut relancer car tout le monde à faim, mais relancer en douceur pour ne pas emballer la machine. Relancer oui, mais dans d'autres directions et ouvrir d'autres portes que l'automobile traditionnelle. Penser au seul transport d'une ou deux personnes tout au plus (aller d'un point à un autre !).

10 Conclusions

Je vais résumer ici quelques points qui me semblent importants pour conjurer la crise et commencer par interdire la pub pour le crédit, qui est une gangrène.

Il faut devenir un consommateur avisé, en faisant durer les produits achetés, et réfléchir aux produits à prix cassés, qui sont finalement des arnaques si ils ne peuvent pas assurer le moindre service. Un bon boycott des produits importés de Chine devrait certainement changer un peu la donne.

Il faut pouvoir réparer tous les produits avec des pièces détachées à prix corrects, en arrêtant cette escroquerie (je pense aux pièces détachées automobile)
Il est nécessaire de penser différemment en maintenant la qualité de vie à un niveau acceptable avec une progression pour que les plus démunis puissent atteindre un niveau décent.

La voiture devrait évoluer vers l'abandon des modèles les plus énergivores au profit des petits modèles assurant simplement le transport sans luxe.

A la maison, la température des locaux sera ajustée au plus fin, de même que l'utilisation de l'eau chaude (tous usages).

Les métiers d'une façon générale devraient largement évoluer vers les métiers du recyclage des matières premières et des économies d'énergie.

C'est une mutation profonde des Sociétés qui devrait se dessiner, car il ne peut y avoir continuation sur ces bases instables de gâchis. Je pense que le dollar devrait perdre de sa superbe au profit peut être des autres monnaies, dont l'Euro par exemple, mais je pense aussi à des compensations en produits ou services qui me sembleraient plus adaptées et qui mettrait ainsi un sérieux frein aux bourses et aux profits abusifs dénués de toute valeur ajoutée
Rappelez vous le paiement en "bananes"…c'était finalement une idée forte.

Le commerce devra retrouver son assertion d'origine en respectant des profits à leur juste valeur. Le développement du commerce équitable est je pense une voie qui peut conduire à une certaine stabilité du monde, mais il est encore très symbolique.
Le nivellement des richesses est en marche et ce qui n'est pas équitable pourrait se décliner en conflits.

Le rôle des gouvernements et des élus devra se modifier tout autant que nos habitudes de citoyen. La révolution est en marche, et il s'agit bien d'une révolution très complexe affectant l'humanité toute entière pour la première fois.

Cette révolution est :
- Pour un premier point, énergétique et matières premières. Elle change notre capacité d'accueil sur terre de nouveaux habitants (nos enfants).
- Pour un deuxième point elle concerne le changement complet des habitudes de vie et régulation des populations ainsi que des concepts de Société sans gaspillage.

L'écrasement des plus pauvres conduirait inexorablement à des conflits meurtriers incitant à la haine et/ou affectant durablement la sécurité mondiale. Cette voie devrait être évitée par le nivellement progressif des richesses. Nous sommes revenus au temps des pirates (SOMALIE par exemple où un pétrolier vient d'être arraisonné et quelques autres bateaux pris en otages)

Pour ce qui nous concerne directement, la crise va réduire sensiblement le travail mais celui-ci devrait évoluer vers les métiers de la réparation / maintenance, mais aussi vers l'expertise du recyclage des matières premières.

L'énergie sera de plus en plus chère, et le coût actuel payé en dollar pourrait bien évoluer, car les pays producteurs font "grise mine". Le nivellement serait-il un peu en marche ? Ce choc financier n'est que le premier de cette ampleur, d'une série d'autres chocs auxquels nous devons nous attendre : nucléaire et uranium, matières premières diverses dont la toute première qui est le pétrole, à la fois matière première pour les plastiques, mais aussi source d'énergie et enfin changement climatique.
Il faut noter également que des prix trop bas peuvent également se révéler pernicieux, car ils introduisent une inégalité (pétrole).

DUBAIL, et son récent feu d'artifice, c'est certainement très beau, mais c'est "une autre planète" qui se terminera certainement très mal...Attention la SOMALIE n'est pas aux antipodes....La débauche irraisonnée n'est pas porteuse !

Notre planète est également malade de la pollution et du CO² qui modifie son climat. L'autre défi sera le redressement de cette situation terrestre pour que nos enfants puissent simplement vivre sur cette terre. Nos enfants ne devront pas être trop nombreux, car la terre ne pourra les accueillir tous. Les phénomènes climatiques violents pourraient venir à bout de quelques zones en emportant tout !

Je souhaite à tous de faire des efforts dans ces différentes directions pour que la vie se poursuive après nous, car pour l'instant, nous ne laissons pas à nos enfants de belles perspectives d'avenir.

Enfin je voudrais faire une parenthèse locale sur une région Françaisespiral5 que j'ai parcourue il y a environ 15 ans et qui avait su garder à l'époque une grande diversité d'industries : l'Alsace. Cela avait particulièrement attiré mon attention. Cet exemple me parait tout à fait d'actualité et à méditer.
De même nous avons perdu une grande partie de nos industries de base (sidérurgie, filatures, tissages…etc) et c'est certainement une erreur fondamentale pour le travail et la planète, car nous avons aussi perdu le savoir faire. (Photo de la tour Eiffel réalisée avec l'acier produit par cette aciérie démantelée et totalement rasée maintenant)

Pour le mot de la fin je dirai qu'il faut commencer sans tarder.

De nombreux articles sur mes deux blogs traitent d'énergies renouvelables ou de dispositifs utiles, permettant à la fois des économies financières et évitant les gaspillages, n'hésitez pas à consulter la liste de ces articles sur les pages d'accueil. Vous pouvez vous y rendre directement par les 2 liens en début de la colonne de droite.

Si vous avez apprécié cet article, laissez un commentaire, même de quelques mots, non pour mon satisfecit, mais pour montrer aux autres lecteurs combien ma vision n'est pas isolée. C'est important ! Merci d'avance.

____ ( retour début d'article ) ____

____ ( retour accueil lokistagnepas ) ____
____ ( retour accueil bricolsec ) ____